Colite inflammatoire

Colite inflammatoire : Définition

La 'colite inflammatoire' désigne une diarrhée chronique avec une inflammation des parois de l’intestin. Elle peut être provoquée par des bactéries, des parasites, la prise de médicaments, le traitement par radiothérapie, la rectocolite hémorragique, la maladie de Crohn…

Publicité
Colite inflammatoire : Causes

La colite inflammatoire peut avoir différentes causes:

- La rectocolite hémorragique est caractérisée par une inflammation de la couche interne du gros intestin, le côlon, sans cause connue. Elle débute entre 15 à 30 ans.

- La maladie de Crohn plus grave qui entraîne plus de complications. L’inflammation peut toucher le tube digestif entièrement, de la bouche jusqu’à l’anus, et créer une obstruction partielle de l’intestin. La maladie survient entre 14 et 24 ans. Elle est caractérisée par la présence d’ulcérations plus ou moins larges et profondes qui peuvent traverser la paroi de l’intestin, et provoquer abcès et fissures. Elle est sans cause connue.

- La colite post-radiothérapique: elles s’observent surtout après irradiations dans la zone abdominale et pelvienne pour un cancer, par exemple, pour un cancer de l’utérus. Les symptômes surviennent plusieurs mois ou années après la radiothérapie.

- Les parasites et bactéries: la plupart des colites provoquées par des germes sont spontanément résolutives, mais certains d’entre eux peuvent produire des lésions qui ressemblent à une maladie inflammatoire primitive (maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique).

- La prise de médicaments: comme certains antibiotiques (lincomycine…), des laxatifs agressifs.

- Une colite ischémique: elle traduit une diminution brutale de l’irrigation sanguine du côlon, secondaire à une occlusion artérielle (athérome, thrombose), ou une chute du débit sanguin (insuffisance cardiaque…)…

Il existe d’autres causes comme la colite microscopique ou collagène. La liste n’est pas exhaustive.

Colite inflammatoire : Symptomes

Les symptômes de la colite inflammatoire diffèrent selon leur cause:

- Rectocolite hémorragique: la personne atteinte a des diarrhées plus ou moins sanglantes, des douleurs abdominales, une fatigue avec une perte de l’appétit, des fausses envies d’aller à la selle, une fièvre parfois élevée.

- Maladie de Crohn: le début de la maladie est plus souvent insidieux qu’aigu, mais il y a des formes qui débutent par des douleurs abdominales fortes pouvant simuler une crise d’appendicite. On retrouve des douleurs abdominales localisées avec des diarrhées pâteuses ou liquides, sanglantes ou non. Elles sont souvent accompagnées d’une anémie, d’une perte de l’appétit avec un amaigrissement…

- Colite post-radiothérapique: il s'agit de diarrhées légèrement sanglantes, d'émissions fécales glaireuses, de troubles du transit avec parfois des troubles urinaires.

- En cas de parasites et bactéries: les symptômes sont des nausées, des vomissements, des diarrhées.

- En cas de prise de médicaments: la date d’apparition des symptômes se situe pendant le traitement mais aussi parfois 1 à 2 semaines après son arrêt. Elle se manifeste par des selles fréquentes, mal liées, de couleur parfois ocre ou vert-orangé.

- En cas de colite ischémique: les symptômes sont ceux d'une colite aiguë hémorragique avec douleurs abdominales et diarrhée sanglante.

Colite inflammatoire : Prévention

La maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique n’ayant pas de cause connue, il n’est pas possible de les prévenir.

Si la colite est provoquée par la prise de certains médicaments et si le problème a déjà eu lieu, il est conseillé d’en parler à votre médecin.

Pour les colites infectieuses, faites attention à ce que vous mangez. Souvent un aliment est en cause comme une viande contaminée insuffisamment cuite ou un produit laitier non pasteurisé.

Colite inflammatoire : Examens

Le médecin propose une analyse sanguine et une coproculture (examen des selles), avec une échographie, une radiographie de l’intestin grêle et du côlon et si besoin une coloscopie et une biopsie (prélèvement de tissus). En fonction de la cause suspectée, d’autres examens sont pratiqués.

Colite inflammatoire : Traitements

Les traitements des colites inflammatoires dépendent de leur cause:

- En cas de rectocolite hémorragique: le traitement nécessite de suivre un régime sans fibres ni lactose pendant les crises. La consommation d’aliments épicés et frits est déconseillée. On prescrit dans les cas de RCH sévère à modérée la biothérapie qui a permis la mise au point de nouveaux médicaments, les antiTNFα comme le Remicade®. On continue également à utiliser les corticoïdes au moment des poussées, des anti-inflammatoires, des antiseptiques intestinaux. Dans les formes sévères, une ablation du côlon peut parfois être nécessaire. On dispose aussi actuellement de biothérapies: Remicade Humira®

- En cas de maladie de Crohn: les nouveaux traitements comme la biothérapies deviennent de plus en plus utilisés (antiTNFα comme le Humira) dans les cas sévères. On continue également à faire appel aux médicaments à base de cortisone et de salazosulfapyridine. La chirurgie est indiquée uniquement en cas de complications (occlusion, hémorragie grave…).

- En cas de colite post-radiothérapique: le traitement est symptomatique, la chirurgie n'étant envisagée que dans un second temps devant une complication urgente ou un échec prolongé du traitement médical.

- En cas de parasites et bactéries: les traitements varient dépendent du germe mis en cause (campylobacter jejuni, yersinia enterolytica, les colibacilles, les salmonelles, l’amibiase.

- En cas de prise de médicaments: après l’arrêt du traitement sur avis médical, la guérison est progressive sur 3 à 4 semaines. Il existe cependant des formes plus graves (qui restent rares) qui demandent un traitement adapté.

- En cas de colite ischémique: le transfert en milieu spécialisé s'impose.

Colite inflammatoire : Evolution

Environ 80 % des cas des rectocolites hémorragiques procèdent par poussées évolutives entrecoupées de rémission. La cancérisation est rare.

Une fois installée, la maladie de Crohn évolue par poussées tout au long de la vie. La mortalité peut atteindre 5 à 15%. Les décès étant généralement dus à une perforation intestinale, à une dégénérescence cancéreuse…

La colite post-radiothérapeutique évolue par poussées tout au long de la vie.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité