Cancer de la plèvre

Cancer de la plèvre : Définition

Le cancer de la plèvre, également appelé mésothéliome, est une forme rare de cancer, particulièrement agressive, qui affecte le mésothélium, une membrane qui recouvre et protège un ensemble de cavités séreuses : la plèvre pour les poumons, le péritoine pour les viscères et le péricarde pour le cœur.

Publicité
Cancer de la plèvre : Causes

Le « cancer de l’amiante »

Le mésothéliome est un cancer dit primitif, c’est-à-dire qu’il se développe directement dans un tissu, sans être la conséquence d’une autre lésion cancéreuse (métastase). Dans 70 à 80 % des cas, le cancer de la plèvre est lié à une exposition prolongée de l’organisme à l’amiante, souvent dans un cadre professionnel (métiers du bâtiment, de la métallurgie, chauffagistes…). En effet, l’inhalation des fibres d’amiante, qui migrent jusque dans la plèvre, provoque une réaction inflammatoire, qui sur le long terme va stimuler le développement de cellules cancéreuses. On parle bien de « long terme » car les tumeurs malignes peuvent se déclarer 20 à 40 ans après les débuts de l’exposition aux matériaux toxiques. Le cancer de la plèvre se déclare d’ailleurs à l’âge moyen de 60 ans. Les risques concernent aussi les familles et proches des personnes exposées à l’amiante, par des fibres et poussières ramenées hors du travail sur les cheveux ou vêtements. On parle là d’exposition indirecte.

Cancer de la plèvre : Examens

La biopsie pour confirmer le diagnostic du cancer de la plèvre

Les premiers symptômes d’un cancer de la plèvre se manifestent le plus souvent par des douleurs thoraciques, des difficultés respiratoires, des essoufflements ou un épanchement pleural (écoulement de liquide dans la cavité pleurale). En réalité les premiers signes sont souvent tardifs et pas nécessairement alarmants ou évocateurs. Ils sont même souvent semblables aux symptômes de nombreuses autres maladies, ce qui rend le diagnostic difficile. Une radiographie des poumons n’est généralement pas suffisante. Un scanner et un IRM se révèlent plus utiles mais c’est surtout la biopsie (prélèvement d’un échantillon de tissu pour un examen au microscope) qui permettra véritablement d’infirmer ou de confirmer le diagnostic de cancer de la plèvre.

Cancer de la plèvre : Traitements

Un cancer ravageur et difficile à traiter

Si le cancer de la plèvre est relativement rare (moins de 1000 nouveaux cas déclarés chaque année en France), il est néanmoins très virulent et difficile à traiter. Le traitement varie beaucoup en fonction du stade de la maladie et de la localisation des tumeurs. Les méthodes classiques de traitement du cancer (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie) peuvent être combinées mais les chances de guérison sont faibles. Les interventions chirurgicales envisageables ont toutefois démontré quelques espoirs de survie. Deux options sont proposées au malade dans certains cas : la pleurectomie partielle (ablation d’une partie de la plèvre) et la pleurectomie élargie (ablation de la plèvre et d’un bloc pulmonaire). La prévention quant aux risques de l’amiante et la protection des travailleurs en contact avec ces fibres toxiques reste en outre essentielle.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité