Calculs biliaires et cholecystites

Calculs biliaires et cholecystites : Définition

Elle se définie par la présence de calculs dans les voies biliaires. Il s’agit d’une affection très fréquente. Elle a une prévalence de 10 à 15% dans les pays occidentaux. Sa fréquence augmente avec l’âge. Les calculs se forment habituellement dans la vésicule biliaire et peuvent secondairement migrer dans la voie biliaire principale (appelée également canal cholédoque). Vésicule biliaire : petit organe en forme de sac triangulaire qui stocke la bile produite par le foie. La bile se draine par la voie biliaire principale (ou canal cholédoque) dans le duodénum (début de l’intestin grêle). Les complications de la lithiase biliaire sont multiples mais relativement rares.

Publicité
Calculs biliaires et cholecystites : Causes

Deux causes principales sont retrouvées, soit une accumulation de pigments (notamment de bilirubine qui est libérée des globules rouges lors de leurs destructions), soit une accumulation de cholestérol (dans le cas d’une surcharge en cholestérol). Certains facteurs de risque favorisent la survenue de ces calculs tels que l’obésité, une alimentation hypercalorique, des troubles lipidiques, la prise de contraceptifs fortement dosés en oestrogènes.

Calculs biliaires et cholecystites : Symptomes

Les calculs vésiculaires sont et resteront asymptomatiques (sans signe clinique ou biologique) dans 85% des cas. Le calcul visible lors d’une échographie permet d’établir le diagnostic. Des douleurs qui siègent à droite sous les côtes, à type de torsion, habituellement violentes, durant quelques heures. Parfois il existe des nausées et/ou des vomissements. Les douleurs cessent spontanément : c’est la colique hépatique. Lorsque de la fièvre se rajoute aux signes précédents, on parle de cholécystite aiguë. En cas d’angiocholite, association de douleurs colique hépatique, d’une fièvre élevée (39°-40°) avec frissons, coloration jaune de la peau et des conjonctives (jaunisse).

Calculs biliaires et cholecystites : Prévention

La seule prévention possible de la lithiase biliaire cholestérolique est un régime normo calorique et la lutte contre l’obésité. Un patient porteur d’un calcul biliaire mène une vie tout à fait normale. En cas de lithiase vésiculaire connue, il faut consulter son médecin traitant devant des douleurs abdominales, de la fièvre ou une jaunisse.

Calculs biliaires et cholecystites : Examens

Le seul examen nécessaire pour faire le diagnostic de lithiase vésiculaire est l’échographie du foie.(non , de la vésicule : en pratique on dit echographie abdominale) En cas de complications (cholécystite, angiocholite) des hémocultures (recherche de bactéries dans le sang) devront être effectuées. Parfois une écho-endoscopie (appareil composé d’un fibroscope avec un échographe à son bout) sera nécessaire pour vérifier l’absence de calcul dans la voie biliaire principale.

Calculs biliaires et cholecystites : Traitements

La lithiase vésiculaire asymptomatique ne doit être ni traitée ni surveillée. La colique hépatique est traitée par des antalgiques. L’ablation de la vésicule biliaire est pratiquée pour éviter les complications infectieuses. Elles sont traitées par des antibiotiques puis par une cholécystectomie à froid (une fois l’épisode infectieux traité). Parfois, il est nécessaire d’évacuer rapidement le calcul bloqué dans le canal cholédoque grâce à un endoscope particulier. La cholécystectomie se fait le plus souvent par coelioscopie, ce qui permet une petite cicatrice, moins de complications cutanées locales et une sortie plus rapide de l’hôpital.

Calculs biliaires et cholecystites : Evolution

Les complications de la lithiase biliaire sont multiples mais relativement rares par rapport au nombre élevé de personnes ayant des calculs. Elles ont dans la très grande majorité des cas une évolution favorable sous traitement médical et/ou chirurgical. Il s’agit de la colique hépatique : due à la mobilisation des calculs avec obstacle mécanique sur la voie d’écoulement biliaire de la vésicule biliaire et distension de celle ci. La cholécystite aiguë : due à une inflammation de la vésicule biliaire et de son contenu. L’angiocholite : due au blocage d’un calcul dans le canal cholédoque et infection au dessus de cet obstacle. la pancréatite aigue : inflammation du pancréas par la migration du calcul dans les voies biliaires.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité