Coing

Coing : Intérêt nutritionnel

Bon pour les intestins. Le coing possède une action bénéfique et protectrice pour les intestins. Riche en tanins, qui ralentissent le transit intestinal, et en pectines capables de retenir une grande quantité d’eau, il est reconnu pour freiner la diarrhée. Astringent, il lutte aussi contre les bactéries et germes indésirables.
Anticholestérol. Les pectines et les fibres insolubles contenues dans le coing favorisent la baisse du taux de cholestérol en ralentissant l'absorption des lipides et en augmentant leur élimination.
Anticancer. Le coing pourrait également prévenir le cancer du côlon grâce à sa teneur en tanins et en fibres qui réduisent la concentration et la stagnation de substances potentiellement carcinogènes.
Aliment minceur. Le coing peut être consommé dans le cadre d'un régime amaigrissant puisqu'il est très pauvre en calories (30kcal/100g), très peu sucré et coupe-faim.

Publicité
Coing : Son histoire

Le coing, originaire des Balkans et des bords de la mer Caspienne, était cultivé 4000 ans avant notre ère en Babylonie. Fort apprécié lors des banquets romains, il devait son surnom de "pomme de Cydon" (d’ou dérive son actuel nom latin, Cydonia vulgaris) à la forte réputation des fruits produits dans cette région crétoise. L’appellation sous laquelle il aurait été introduit en Italie, Malus cotoneum ("pomme cotonneuse") aurait été transformée en "coudougner", puis coing en France. Et le fruit velu, introduit en Provence dès le XVe siècle connut vite une grande popularité. Souvent planté dans les haies pour délimiter les parcelles, le terme de "cognassier" fut même synonyme de limite, dans le Sud-Ouest.

Famille

Rosacées.

Coing : Sa production

Bien que cultivé depuis des temps très anciens, le coing semble être le fruit ayant connu le moins de modifications dans son aspect et dans ses caractéristiques. Les quelques variétés commercialisées aujourd’hui restent les mêmes que celles du siècle passé. Bien que désuète, la production française de coing atteint tout de même quelques milliers de tonnes. Elle est surtout localisée dans la Drôme, en Savoie et dans les Bouches-du-Rhône. Dans le monde, c'est la Turquie qui est le premier producteur de coing.

Saison

La saison du coing va de septembre à octobre.

Conseils d'achats et d'utilisation

Une fois cueilli, le coing ne mûrit plus. Un coing mûr se reconnaît à sa couleur bien jaune et à son parfum agréable. Le duvet qui le recouvre doit également se décoller facilement en frottant le fruit. Le coing est généralement consommé sous forme de compote, de gelée ou de confiture.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité