Maladies
Publicité

12 solutions anti coup de blues !

Réagissez ! - 2 commentaires

Sucres lents = tonus !

Côté glucides, concentrez-vous sur les sucres lents. Achetez des pains dotés de mie foncée, des pâtes et du riz complets… Contrairement aux produits traditionnels raffinés et bourrés de saccharose – c’est-à-dire de sucre blanc –, ils apportent des glucides longs à assimiler, donc riches en énergie durable, et concourent à nous maintenir en forme. Conseil : mettez-les au menu le soir. Non seulement ils doivent représenter 40 % de nos apports caloriques quotidiens, mais une digestion lente favorise l’endormissement, donc le bien-être.

Publicité

Je souscris à la newsletter medisite À la Une

Voir un exemple
Publicité

Ailleurs sur le web

Pour commenter cet article, veuillez vous inscrire ou vous connecter avec votre compte Medisite

2 commentaires

Bonjour, Je préfere la

Portrait de reclai

 http://www.mutuelle.com

 Bonjour, 

Je préfere la prévetion que les traitements médicamenteux. 

Votez pour ce commentaire: 

Bonjour, Déprime =

Portrait de BrigitteLZ

Bonjour,

Déprime = médicament

Vous dites : "Les antidépresseurs soulagent les déprimes, y compris saisonnières. Mais ils ont des effets secondaires et peuvent, notamment, entraîner des problèmes de dépendance."

Et voici un autre exemple : 

La compagnie pharmaceutique Lilly a été reconnue coupable et condamnée à payer 1,4 milliard de dollars dans l’affaire du Zyprexa, un puissant antipsychotique approuvé pour les cas de schizophrénie... Elle est accusée d’avoir encouragé les médecins à prescrire ce médicament pour toutes sortes de raisons non-approuvées (dépression légère, etc.). Elle est aussi reconnue coupable d’avoir délibérément occulté les effets secondairesde ce médicament, pourtant connus depuis les essais cliniques ! (Videos - Atypical Antipsychotics)   (Procès-Zyprexa).

Encourager les médecins à prescrire ce "médicament" pour des dépressions légères en occultant les effets secondaires...

Condamné à 1,4 milliard de dollars... il ne s'agit d'une petite affaire touchant quelques dizaines de personnes...

Si vous encouragez un médecin à prescrire un traitement dont vous savez pertinement qu'il a des effets secondaires irréparables pouvant aller jusqu'au suicide... Quel est votre niveau d'éthique ? Et quel est votre conception du bien-être et du bonheur des autres ??

 

 

 

Votez pour ce commentaire: