Traitements du diabète

Traitements du diabète
Le diabète requiert une prise en charge globale en raison des différentes complications qu'il peut entraîner. Quel que soit le type de diabète, les traitements proposés visent à diminuer le taux de sucre dans le sang. Médicaments, lecture de glycémie, régime alimentaire adapté : notre dossier vous révèle les dessous de ce trouble du métabolisme.
Dossier Santé : Traitements du diabète

Le choix de la rédaction

Dossier Santé : Surveiller son diabète : à quelle fréquence ?

Surveiller son diabète : à quelle fréquence ?

  Les complications à long terme du diabète (type 1, 2 et gestationnel) se développent souvent sans bruit… mais sont irréversibles. La maladie doit donc faire l’objet d’une surveillance régulière. Voici le calendrier des examens à réaliser seul et/ou dans le cadre médical.

Lire l'article
Dossier Santé : Que faire en cas d’hyperglycémie ?

Que faire en cas d’hyperglycémie ?

On parle d’hyperglycémie lorsque le taux de sucre dans le sang est anormalement élevé. S’il caractérise les diabètes de tous types, ses hausses brutales doivent être impérativement jugulées… sous peine d’entraîner de graves conséquences.

Lire l'article

Que faire en cas d’hypoglycémie ?

On parle d’hypoglycémie lorsque le taux de glucose dans le sang descend en dessous de 0,70 g/l – ce qui peut entraîner des malaises et pertes de connaissance. Elle peut se manifester chez les patients sous sulfamides hypoglycémiants type Daonil®, Diamicron®, Euglucan®, ou sous insuline.

Lire l'article
Dossier Santé : Diabète : le régime est le premier des traitements

Diabète : le régime est le premier des traitements

Le traitement du diabète, qu’il s’agisse d’un type 1 (insulinodépendant), d’un type 2 (de la maturité) ou gestationnel (de la grossesse), passe toujours par des mesures hygiéno-diététiques. Elles se résument, en gros, à une nutrition adaptée, et à une réduction de l’excès pondéral si nécessaire.

Lire l'article
Publicité

Articles

Malgré son nom, le diabète insipide n’a rien à voir avec les diabètes de types 1 et 2. Il s’agit d’une maladie des reins provoquée par une anomalie au niveau de l’hypothalamus, une petite glande du système nerveux central. Découvrez comment l’hypothalamus peut conduire à un diabète insipide et quel traitement doit être mis en place.

Le diabète est une pathologie liée à un défaut de régulation du taux de sucre dans le sang (glycémie). Quand on parle de diabète, c’est la définition la plus simple pouvant être donnée. Mais il existe plusieurs formes et différents types de diabète. Alors, qu’est-ce qui les distingue, et qu’est-ce que le diabète mellitus ?

Caractérisé par une production insuffisante d’hormone insuline, le diabète de type 1 ne représente que 10 % des cas de diabète. Pour corriger le déficit hormonal, le traitement du diabète de type 1 repose principalement sur l’injection d’insuline, à action plus ou moins rapide selon les cas…

Le diabète chez l’enfant est majoritairement de type 1 alors que c’est le diabète de type 2 qui est le plus répandu chez l’adulte. Il est important d’identifier les symptômes du diabète de l’enfant le plus tôt possible : plus le traitement est précoce, moins il y a de risques de complications.

Un médicament contre le diabète de type 2 est prescrit si le régime alimentaire et les modifications des habitudes de vie n’ont pas un impact suffisant. La trithérapie peut être envisagée pour un malade touché par le diabète de type 2.

Il existe 2 formes de diabète. Le diabète de type 1 survient chez des personnes jeunes et nécessite un traitement par insuline. Le diabète de type 2 apparaît chez des individus plus âgés et se manifeste par un taux de sucre élevé dans le sang, et ce de manière chronique.

Le diabète de type 1 est une pathologie particulièrement handicapante dont le traitement doit être parfaitement respecté. Pour cela, on établit un schéma de traitement, le "schéma insulinique", qui détermine la façon dont l'insuline sera prise au cours des 24 heures d'une journée. Focus sur ce schéma de traitement du diabète.

Le diabète non insulinodépendant, appelé aussi diabète de type 2, est le plus fréquent. Il est la conséquence d'une mauvaise hygiène de vie. Il est favorisé par une alimentation sucrée, contrairement au diabète de type 1 qui, lui, est dû, le plus souvent, à l'incapacité de produire ou d'utiliser l'insuline. Le traitement du diabète non insulinodépendant passe par un régime pour diabétique.

Le diabète est une affection qui entraîne une augmentation du taux de sucre dans le sang (glycémie). Cette augmentation peut être due à une insuffisance de sécrétion d'insuline (l'hormone qui permet de faire entrer le sucre dans les cellules) ou liée à une insulino-résistance (l'hormone est moins efficace). Dans le deuxième cas, on parle de diabète de type 2. L'insuline est sécrétée de manière insuffisante et n'exerce pas son rôle correctement. Il existe plusieurs traitements prescrits pour traiter le diabète de type 2. Il s'agit des antidiabétiques oraux.

Le diabète touche près de 5 % de la population française, et le diabète non insulinodépendant, ou diabète de type 2, représente 90 % des cas. Alors, quel est le traitement du diabète non insulinodépendant ? L’insuline peut-elle en faire partie ? Existe-t-il un régime diabétique à suivre ? Voyons cela ensemble.

Le diabète de type 2 apparaît généralement vers la quarantaine. Tout comme pour le diabète de type 1, il se caractérise par un taux de glucose sanguin trop élevé. Cependant, les mécanismes des deux formes de maladie diffèrent. Les facteurs de risque ne sont pas les mêmes non plus. Quelle est l'incidence entre l'obésité abdominale et le diabète ?

Suivre un régime pour diabétique n'est plus vraiment d'actualité puisque le traitement du diabète repose plus spécifiquement sur le suivi d'une alimentation variée et équilibrée. Alors, quels réflexes simples adopter pour remplacer le "régime" du diabète de type 2 dit non insulinodépendant ?

En France, près de 4 millions de personnes sont atteintes de diabète de type 2. Cette forme de diabète se doit à une résistance à l’insuline. Elle est en augmentation dans les pays industrialisés, car elle est associée à la mauvaise alimentation, à l’obésité, à la sédentarité et au vieillissement. Zoom sur le rôle de l’insuline et les différents traitements du diabète.

Des deux types de diabètes, le diabète de type 2 est le plus fréquent. Contrairement au diabète de type 1 , le traitement s'il est bien suivi est moins contraignant et peut limiter les complications.

Nettement plus rare que le diabète de type 2, le diabète de type 1 apparait généralement durant l'enfance ou l'adolescence. Cette forme de diabète peut entrainer diverses complications sur le long terme, en particulier si elle n'a pas été diagnostiquée et traitée à temps.

Le diabète non insulinodépendant ou diabète de type 2 est une maladie chronique qui nécessite un suivi médical régulier et une alimentation raisonnée. L'hygiène diététique peut d'ailleurs elle aussi faire partie des traitements du diabète non insulinodépendant à envisager, au même titre que la phytothérapie.

Aliments et diabète sont étroitement liés puisque cette maladie chronique se détermine par un excès de sucre dans le sang. Il convient donc d'être attentif à son alimentation en cas de diabète, en commençant par respecter quelques principes simples.

Le diabète insulinodépendant, plus couramment appelé diabète de type 1, se caractérise par un excès de sucre dans le sang. Dans ces circonstances, comment gérer la prise d'aliments ? Existe-t-il un régime diabétique type ?

Le diabète de type 2, également appelé diabète non insulinodépendant, est une maladie chronique qui se définit par un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie) dû à une mauvaise utilisation de l'insuline par les cellules. Ce "diabète de l'âge mûr" est le plus fréquent, en particulier après 40 ans. Mais quel traitement pour le diabète de type 2 ? Existe-t-il des traitements du diabète naturels ?

Traitement de référence, l'insuline en injection, ou insulinothérapie, est préconisée chez certains diabétiques insulinodépendants de type 1 ou 2. Mais comment cette hormone agit-elle sur le taux de glycémie des patients atteints de diabète ?

Le traitement du diabète est en progression constante ! De nouveaux traitements du diabète de type 2 (ou diabète non insulino-dépendant) ont vu le jour ces dernières années… Zoom sur les principaux d'entre eux !

Si le diabète de type 1 ne peut être traité que par l'apport en insuline, le diabète de type 2, dit non insulinodépendant, est parfois maîtrisé par de simples mesures hygiénico-diététiques. Alimentation et activité physique sont parfois suffisantes pour retrouver un équilibre glycémique naturellement.

Le diabète de type 2 est une pathologie grave dans la mesure où elle peut entraîner de sévères complications. Toutefois il existe des traitements du diabète de type 2 permettant de contrôler cette maladie. Il est notamment possible de mettre en place, en utilisant l’homéopathie, un traitement du diabète de type 2. Voyons ce qui existe dans ce domaine tout en gardant à l’esprit que consulter un homéopathe reste l’idéal pour avoir un traitement adapté et personnalisé.

taux de diabète

Environ 2 millions de personnes sont atteintes de diabète en France. En raison de nos mauvaises habitudes (aliments sucrés, obésité, sédentarité), cette maladie touche de plus en plus de personnes dans les pays occidentaux. Quel est le taux de diabète à ne pas dépasser ? Explications.

Le diabète de type 2 bénéficie de plusieurs traitements. On commence en général par des mesures hygiéno-diététiques, et on passe, quand c’est nécessaire, à des médicaments hypoglycémiants, voire à des injections d’insuline. Le point sur l’arsenal thérapeutique aujourd’hui disponible.

Outre les mesures hygiéno-diététiques, on ne dispose aujourd’hui que d’un traitement efficace contre le diabète de type 1 (insulinodépendant) : les injections quotidiennes d’insuline ! Le point sur cette thérapeutique et comment bien la gérer.

Le traitement du diabète, qu’il s’agisse d’un type 1 (insulinodépendant), d’un type 2 (de la maturité) ou gestationnel (de la grossesse), passe toujours par des mesures hygiéno-diététiques. Elles se résument, en gros, à une nutrition adaptée, et à une réduction de l’excès pondéral si nécessaire.