Prostate

Prostate
Glande du système reproducteur masculin de la taille d’une châtaigne, la prostate est parfois source d’inquiétudes pour les hommes. Envie d’uriner fréquentes, troubles de l’érection, adénome, cancer… Tout ce qu’il faut savoir pour avancer sereinement dans le temps.
Dossier Santé : Prostate

Le choix de la rédaction

Dossier Santé : Les aliments anticancer de la prostate

Les aliments anticancer de la prostate

Un Français sur huit se verra diagnostiquer un cancer de la prostate au cours de sa vie. Grâce à certains aliments, on peut réduire son risque de 70% ! Voici ceux à mettre au menu… sans attendre !

Lire l'article
Dossier Santé : Les signes de l'adénome de la prostate

Les signes de l'adénome de la prostate

Même s'il s'agit d'une tumeur bénigne de la prostate, l’adénome doit être dépisté et surveillé car il peut entraîner des complications. Quels symptômes doivent amener à consulter ? Medisite a interrogé le Dr Sylvain Mimoun, andrologue. 

Lire l'article
Dossier Santé : Prostate : la tomate est la solution à vos problèmes de vessie

Prostate : la tomate est la solution à vos problèmes de vessie

Des chercheurs britanniques ont découvert un élément contenu dans la tomate qui pourrait réduire les risques de gonflement le prostate avec l'âge ce qui provoque des envies et des difficultés pour uriner.

Lire l'article
Dossier Santé : Prostate: pourquoi peut-elle causer des troubles de l'érection ?

Prostate: pourquoi peut-elle causer des troubles de l'érection ?

Les troubles de la prostate surviennent généralement chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Qu’il soit atteint d’un adénome (hypertrophie bénigne) ou d’un cancer de la prostate, le patient est souvent victime de fuites urinaires et de problèmes d’érection après l’opération. A quoi sont-ils dus ? Comment les prendre en charge ? 

Lire l'article
Publicité

Articles

Qu'il s'agisse d'une prostatite, d'un adénome ou d'un cancer, les troubles de la prostate se manifestent par des problèmes urinaires. La débitmétrie est l'un des examens réalisés pour confirmer des troubles urinaires pouvant être provoqués par une maladie de la prostate.

Lors du congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), dimanche 4 juin 2017, le professeur français Karim Fizazi a présenté les résultats de son étude menée sur le cancer de la prostate métastatique qui a démontré l'intérêt de l'abiratérone comme hormonothérapie secondaire pour améliorer l'évolution de la maladie.

Inversement à l’incontinence, la rétention urinaire se caractérise par l’impossibilité de vidanger partiellement ou totalement la vessie. Si ce trouble urinaire peut avoir de nombreuses origines, il résulte généralement d’une atteinte de la prostate. Quels sont les symptômes de la rétention urinaire ?

L’adénome et l’hypertrophie bénigne de la prostate sont deux termes médicaux servant à désigner une seule et même affection qui se caractérise par une augmentation du volume de la glande prostatique.

L’hypertrophie de la prostate, appelée aussi adénome de la prostate, n’est pas systématiquement associée au cancer de la prostate. Cette hypertrophie est même relativement fréquente à partir de 60 ans. Qu’appelle-t-on hypertrophie de la prostate et quel est le volume normal de celle-ci ?

La prostate est une petite glande de l’appareil reproducteur masculin qui fabrique le liquide séminal, un des composants du sperme. Lorsque son volume augmente, on parle d’hypertrophie prostatique. Ce phénomène peut être un signe d’adénome ou de cancer de la prostate.

L’adénome prostatique, ou hypertrophie bénigne de la prostate, est une tumeur bénigne qui concerne la majorité des hommes après 50 ans. A quoi est-il dû ? De quel traitement médical fait-il l’objet ?

L'adénome de la prostate, aussi appelé hypertrophie bénigne de la prostate, est très courant chez les hommes de 50 ans et plus. Si les troubles de l'érection ne sont pas les principaux symptômes de l'adénome de la prostate, ils peuvent tout de même être dus à cette tumeur bénigne dans certains cas…

L’adénome de la prostate est une pathologie qui affecte certains hommes, généralement après 50 ans. Il se caractérise par une augmentation du volume de la prostate. En cas de suspicion d’adénome, l’urologue mesure le taux de PSA, une protéine sécrétée par la prostate. Un taux élevé de PSA met en évidence une anomalie, mais pas nécessairement un adénome de la prostate.

L'impuissance est un sujet tabou dont les hommes ont du mal à parler, y compris avec leur médecin. Les troubles de l'érection sont souvent associés aux problèmes de prostate, mais les causes de dysfonction érectile sont nombreuses.

La prostate est une petite glande de l’appareil reproducteur masculin qui produit le liquide séminal, un des constituants du sperme. On parle d’adénome de la prostate (aussi appelé hyperplasie ou hypertrophie bénigne de la prostate) lorsque sa taille augmente. L’adénome prostatique entraîne principalement des troubles urinaires, mais peut être quelquefois à l’origine d’une fatigue chronique.

L’ablation de la prostate ou prostatectomie est une intervention chirurgicale réservée aux hommes. Elle consiste à retirer une partie ou la totalité de la prostate, ainsi que les vésicules séminales. Elle est surtout indiquée chez les patients qui souffrent d’un cancer de la prostate, parfois en cas d’hypertrophie prostatique.

L'adénome de la prostate, qui est également appelé hypertrophie ou hyperplasie bénigne de la prostate, est une affection courante chez les hommes de plus de 50 ans, mais encore taboue. Alors quelles sont les caractéristiques que revêt la pathologie et comment traiter l'adénome prostatique naturellement ?

L'adénome de la prostate, ou hypertrophie bénigne de la prostate, correspond à une augmentation du volume prostatique. Touchant fréquemment les hommes à partir de 50 ans, cette affection est susceptible de générer des troubles de l'érection. Dans quels cas ?

Passé la cinquantaine, beaucoup d’hommes sont touchés par l’adénome prostatique. Cette hypertrophie bénigne de la prostate réduit le diamètre de l’urètre en appuyant dessus et gêne l’écoulement de l’urine. Il ne faut pas la confondre avec le cancer de la prostate ou adénocarcinome. Le curage ganglionnaire est une méthode diagnostique employée lorsqu’un cancer est avéré.

Egalement appelé hypertrophie bénigne de la prostate, l'adénome de la prostate correspond à une augmentation du volume de cette glande située à la croisée des voies urinaires et génitales. Généralement bénigne, cette pathologie touche fréquemment les hommes à partir de 50 ans.

L’ablation de la prostate et l’hypertrophie prostatique sont deux choses distinctes. Bien que l’ablation de la prostate soit un des traitements de l'hypertrophie prostatique, elle n'est pas automatiquement appliquée.

C’est un sujet dont les hommes n’aiment pas parler. Pourtant, ce n’est ni une honte, ni une fatalité ! Tour d’horizon des nombreux moyens votre disposition.

L’hypertrophie de la prostate est une affection très fréquente chez l’homme (50% des hommes de plus de 60 ans). Son traitement n’est pas systématique, il dépendra de l’importance de l’hypertrophie et des symptômes ressentis par le patient.

Chez l’homme, l’augmentation du volume de la prostate, aussi appelée hypertrophie prostatique, est fréquente puisqu’elle concerne 1 homme sur 2 après 60 ans.

Parmi les nombreux traitements possibles du cancer de la prostate, l'hormonothérapie peut être privilégiée dans certains cas. Lesquels ? En quoi consiste cette thérapie alternative ? Zoom sur le traitement hormonal du cancer de la prostate.

L’envie fréquente d’uriner est un des symptômes du cancer de la prostate. Elle apparaît chez les hommes de 50 ans et plus lorsque la prostate s’hypertrophie. La taille de la prostate augmente et comprime la vessie et les voies urinaires. L'envie fréquente d'uriner peut s'accompagner d'une irritation, voire de l'obstruction de l'urètre. Mais ce n'est pas le seul symptôme. Nous allons cibler les signes et les examens à effectuer afin d'être sûr qu'il s'agit bien d'un cancer de la prostate.

Les troubles de la prostate surviennent généralement chez les hommes âgés de plus de 50 ans. Qu’il soit atteint d’un adénome (hypertrophie bénigne) ou d’un cancer de la prostate, le patient est souvent victime de fuites urinaires et de problèmes d’érection après l’opération. A quoi sont-ils dus ? Comment les prendre en charge ? 

Depuis quelque temps, vous êtes obligé de vous lever la nuit pour aller aux toilettes ? Vous avez des envies irrépressibles d'uriner qui vous assaillent ? Votre prostate semble vous jouer des tours. L'envie d'uriner est en effet l'un des principaux symptômes de l'adénome de la prostate. 

Besoins impérieux d'uriner, mictions douloureuses, incontinence… Les symptômes de l'adénome de la prostate peuvent être véritablement gênants. Mais il existe différentes alternatives thérapeutiques permettant d'y remédier, à l'image du traitement au laser de l'adénome prostatique. Visite guidée.

Avec l'âge, il n'est pas rare que le volume de la prostate augmente. On parle alors d'adénome de la prostate. Si cette hypertrophie touche une grande majorité des hommes après 50 ans, elle se manifeste à des degrés divers et nécessite une prise en charge adaptée.

Même si les maladies touchant la prostate (adénome, cancer) sont assez difficiles à prévenir, éviter quelques pièges peut permettre de réduire les risques et les symptômes gênants. 

Chez l’homme, la prostate est une glande de son appareil génital. Le cancer de la prostate est le développement de cellules cancéreuses dans cet organe. La chirurgie, la radiothérapie, la curiethérapie sont les traitements du cancer de la prostate les plus fréquents pour les petites tumeurs peu évoluées et localisées. Le laser est-il une autre alternative ? 

Chez l’homme, la prostate est une glande de son appareil génital. Le cancer de la prostate est le développement de cellules cancéreuses dans cet organe. La chirurgie, la radiothérapie, la curiethérapie sont les traitements du cancer de la prostate les plus fréquents pour les petites tumeurs peu évoluées et localisées. Le laser est-il une autre alternative ?

Les hommes atteints d’un adénome ou d’un cancer de la prostate souffrent souvent de problèmes d’érection. Ces troubles sont plus graves lorsque le chirurgien a retiré pendant l’opération les bandelettes neuro-vasculaires qui favorisent l’érection. Messieurs, rassurez-vous : il existe des solutions pour vous permettre d’avoir des rapports sexuels satisfaisants. 

Pages