Cancer de la prostate

Cancer de la prostate
Le cancer de la prostate est une des formes de cancer les plus fréquentes chez les hommes. Lié au vieillissement, il se caractérise d’abord par des troubles rénaux et un dysfonctionnement de l’appareil urinaire. Notre dossier a réuni pour vous tout ce qu’il faut savoir sur le cancer de la prostate.
Dossier Santé : Cancer de la prostate

Le choix de la rédaction

Dossier Santé : Prostate : les signes qui doivent alerter

Prostate : les signes qui doivent alerter

Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers masculins. Son risque de survenue augmente à partir de 50 ans, mais il passe encore trop souvent inaperçu. Troubles urinaires, sensation de brûlure… Les signes qui doivent vraiment vous alerter.

Lire l'article
Dossier Santé : Les symptômes du cancer de la prostate

Les symptômes du cancer de la prostate

On découvre chaque année 50 000 nouveaux cas de cancers de la prostate en France. Quels sont les symptômes évocateurs ? Les signes palpables au diagnostic ? Medisite a interrogé le Pr Laurent Salomon du service d’urologie de l’Hôpital Henri Mondor (Créteil).

Lire l'article
Dossier Santé : Cancer de la prostate : dans quels cas opérer ?

Cancer de la prostate : dans quels cas opérer ?

Le cancer de la prostate est le plus fréquent chez l’homme. Son opération peut entraîner l’impuissance. Est-elle obligatoire? Existe-t-il des alternatives? Les médecins opèrent-ils trop? Dans quel cas peut-on se passer de la chirurgie? Est-elle nécessaire à tout âge? Interview du professeur Nicolas Thiounn, médecin urologue.

Lire l'article
Dossier Santé : Les aliments anticancer de la prostate

Les aliments anticancer de la prostate

Un Français sur huit se verra diagnostiquer un cancer de la prostate au cours de sa vie. Grâce à certains aliments, on peut réduire son risque de 70% ! Voici ceux à mettre au menu… sans attendre !

Lire l'article
Publicité

Articles

Des chercheurs viennent de découvrir qu'un régime riche en isoflavone, un composant contenu notamment dans le soja augmenterait le risque de développé un cancer de la prostate avancé.

Des chercheurs de l'Université d'Oxford ont découvert qu'un faible niveau de testostérone chez l'homme était associé à un moindre risque de cancer de la prostate.

Petite glande de l'appareil reproducteur masculin, la prostate peut être touchée par diverses pathologies à l'image de la prostatite ou du cancer de la prostate. À quoi sont-elles dues ? Comment sont-elles traitées ?

Notre taille pourrait influer sur le développement de certaines formes agressives du cancer de la prostate, selon une étude des scientifiques d'Oxford University. Les hommes plus grands seraient en effet plus à risque. 

Une étude américaine démontre qu'au-delà d'une certain nombre de rapports sexuels par mois le risque de cancer de la prostate réduit.

Diagnostiquer une incontinence est aisé pour le médecin ou l’urologue puisque les signes cliniques et la présence d’une fuite urinaire suffisent. Néanmoins, il est très important d’en connaître la cause, la fuite urinaire pouvant constituer un symptôme d’un problème de prostate ou résulter d’une opération de la prostate. Mais quels examens faire pour le savoir ?

Qu'il s'agisse d'une prostatite, d'un adénome ou d'un cancer, les troubles de la prostate se manifestent par des problèmes urinaires. La débitmétrie est l'un des examens réalisés pour confirmer des troubles urinaires pouvant être provoqués par une maladie de la prostate.

Après 65 ans, les hommes sont particulièrement touchés par le cancer. L’Institut national du Cancer (INCa) dévoile les chiffres clés du cancer le plus fréquent et du plus meurtrier dans cette catégorie de population. Explications.

Des recherches ont montrées que 2/3 des hommes britanniques ayant des antécédents familiaux de cancer de la prostate ont également 2,5 fois plus de risques dans le cas où un membre de sa famille (père, frère) l'a déjà eu. 

Des recherches menées par l’Université du Texas à Austin (Etats-Unis) ont identifiés des ingrédients clés dans certains aliments qui freineraient les risques de cancer de la prostate. Parmi eux : le curcuma, les pommes et le raisin. 

Le cancer de la prostate est un cancer qui entraîne peu de symptômes dans ses débuts. C’est pourquoi il faut savoir se montrer attentif à tous les signes cliniques qui ont tendance à devenir chroniques. Ainsi, même si mal du bas du dos et cancer ne sont pas forcément liés, il ne faut pas négliger des symptômes persistants. Il convient aussi de se poser la question : une douleur du milieu du dos et le cancer de la prostate peuvent-ils être associés ?

Même si on en parle moins, l’incontinence urinaire concerne aussi beaucoup d’hommes. Certains facteurs de risques entrent en jeu. Quels sont-ils ? Et êtes-vous à risque ? Explications avec le Dr Adrien Vidart, chirurgien-urologue à l’hôpital Foch à Suresnes. 

Lors du congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), dimanche 4 juin 2017, le professeur français Karim Fizazi a présenté les résultats de son étude menée sur le cancer de la prostate métastatique qui a démontré l'intérêt de l'abiratérone comme hormonothérapie secondaire pour améliorer l'évolution de la maladie.

Inversement à l’incontinence, la rétention urinaire se caractérise par l’impossibilité de vidanger partiellement ou totalement la vessie. Si ce trouble urinaire peut avoir de nombreuses origines, il résulte généralement d’une atteinte de la prostate. Quels sont les symptômes de la rétention urinaire ?

A partir d’une certaine dose et s’il est particulièrement serré, le café pourrait baisser de 53% les risque de cancer de la prostate, selon une étude italienne.

L’adénome et l’hypertrophie bénigne de la prostate sont deux termes médicaux servant à désigner une seule et même affection qui se caractérise par une augmentation du volume de la glande prostatique.

En France, le cancer de la prostate constitue le premier cancer chez l’homme. Bénéficiant d’un programme de dépistage organisé, cette pathologie cancéreuse présente un pronostic positif en l’absence de métastases osseuses.

L’hypertrophie de la prostate, appelée aussi adénome de la prostate, n’est pas systématiquement associée au cancer de la prostate. Cette hypertrophie est même relativement fréquente à partir de 60 ans. Qu’appelle-t-on hypertrophie de la prostate et quel est le volume normal de celle-ci ?

Comment soigner un cancer de la prostate en minimisant les risques sur la vie sexuelle de l’homme et sur son incontinence urinaire ? Tous les traitements ne se vaudraient pas en terme d’effets secondaires. Explications.

Le curage ganglionnaire prostatique est une technique de chirurgie permettant le prélèvement de plusieurs ganglions afin d'affiner un diagnostic de cancer prostatique étendu. Comme toute opération chirurgicale, celle-ci peut comporter des risques, dont l'infection urinaire. Explications.

De trop courtes nuits de sommeil chez les hommes pourraient être liées à un risque plus élevé de cancers de la prostate. Découvrez pourquoi.

Le cancer de la vessie est le cancer urologique le plus courant après le cancer de la prostate. L'ablation chirurgicale de la tumeur, appelée résection transrectale de vessie, constitue le principal traitement de ce cancer. Ce dernier est parfois associé à une immunothérapie spécifique : le BCG. 

On estime que le cancer de la vessie est la sixième cause de cancer en France. Il touche trois fois plus les hommes que les femmes et survient plutôt après 65 ans. Le cancer de la vessie chez l'homme peut parfois toucher les organes voisins, notamment la prostate. Comment le diagnostiquer ? Comment le soigner ?

La prostate est une petite glande de l’appareil reproducteur masculin qui fabrique le liquide séminal, un des composants du sperme. Lorsque son volume augmente, on parle d’hypertrophie prostatique. Ce phénomène peut être un signe d’adénome ou de cancer de la prostate.

Le cancer de la vessie chez l’homme se traite essentiellement par la chirurgie. En effet, suivant l’étendue de la tumeur, il peut s’agir d’une résection superficielle, partielle ou totale. Comment se passe le traitement du cancer de la vessie par résection endoscopique ?

Les résultats d'une étude américaine ont montré pourquoi il existe un lien entre cancer de la prostate agressif et le cholestérol.

Grâce à l'IRM, certaines caractéristiques de la forme de la prostate pourraient révéler la présence d'une tumeur et donner un indice de son agressivité en cas de cancer, selon une étude américaine. 

En cas d’adénome de la prostate, le traitement de premier choix repose sur l’ablation chirurgicale, appelée prostatectomie. Plusieurs techniques permettent de mener à bien cette opération complexe qui effraie souvent les patients. La prostatectomie par voie naturelle permet une récupération rapide, un avantage non négligeable pour le patient.

Effectuer une IRM avant la biopsie lors du diagnostic du cancer de la prostate pourrait éviter à beaucoup d'hommes le prélèvement douloureux et ses potentielles complications, selon une étude britannique. Cela pourrait également permettre de détecter davantage les tumeurs agressives.

Une découverte scientifique permettrait de rendre les traitements du cancer de la prostate plus efficaces. Explications. 

Pages