Publicité
Publicité

Qualités requises

L’équilibre est peut être l’élément essentiel dans ce sport. L’acquisition de schémas corporels efficaces et le travail des réflexes face à une situation de déséquilibre sont indispensables à la pratique du ski. Ce travail nécessite une vigilance importante afin de percevoir, d’enregistrer et de traiter au mieux les informations provenant des différentes voies de perception sensorielles. L’agilité et la synchronisation des mouvements sont dépendantes de l’apprentissage qui a lieu au niveau cérébral.

Publicité
Un système cardio-vasculaire adapté aux efforts d’importance variable, mais capable de récupérer rapidement après un effort intense, est indispensable. Il faut noter que ces efforts ont lieu dans une ambiance appauvrie en oxygène (environ 25% de moins à 3500m), ce qui augmente considérablement l’aspect éprouvant des efforts. De plus, les efforts en situation hypoxique (déficit en oxygène) sont responsables d’une élévation importante de la tension artérielle et du rythme cardiaque. Un bilan cardiologique est donc à prévoir avant de partir à la montagne chez les personnes à risque.

L’hypoxie retrouvée en altitude dés 1500m nous fait par ailleurs déconseiller les séjours au-delà de cette altitude chez la femme enceinte de plus de 3 mois.

Le froid pose aussi un problème. Il nécessite une capacité importante d’adaptation, particulièrement les jours de vent (les pertes thermiques augmentent alors considérablement par convection). Par ailleurs, les mains du surfeur sont le plus souvent posées sur la neige, que ce soit à l’arret, lors d’une chute ou simplement pour le ’ feeling ’ dans la descente. Quoi qu’il en soit, les doigts sont particulièrement exposés aux gelures, et les personnes souffrant de troubles de la microcirculation sanguine à ce niveau devront être particulièrement vigilantes.


Sur le plan musculaire, la proportion de fibres à contraction lente et rapide doit être assez équilibrée (50-50), sauf chez le compétiteur qui développe de façon plus importante les fibres rapides (efforts intenses sur 60 à 90 secondes).

Préparation physique

Sur le plan cardio-vasculaire, un entraînement de fond est bénéfique, pendant lequel on insistera sur les efforts d’intensité variable mais continue, avec récupération active. Un rythme de 2 à 3 séances/semaine est idéal, et sera bénéfique à condition de démarrer le programme d’entraînement quelques mois avant le départ en station. Il faut savoir qu’à une altitude de 1800m, chez un adulte jeune au repos, le pouls augmente d’environ 10 pulsations/min. Les efforts soutenus seront d’autant moins bien tolérés.

Sur le plan musculaire, ce sont bien entendu les muscles des membres inférieurs et du tronc qui sont les plus sollicités. Les membres supérieurs sont surtout utilisés pour le maintien de l’équilibre, et pour se lever après avoir chaussé le surf ;chez le débutant, les courbatures des membres supérieurs sont aussi fréquentes que les chutes, et une préparation particulière peut être envisagée à ce niveau. Le type d’effort demandé pour les membres inférieurs est assez spécifique, puisque les muscles travaillent beaucoup en contraction statique [59] [1] ou dynamique excentrique [60] [2]. Ce dernier travail est un grand pourvoyeur de contractures et courbatures musculaires, et demande un entraînement spécifique :

- Pour le travail statique, il s’agit de maintenir une position donnée, jambes fléchies, pendant 30 à 120 secondes. Par exemple, on peut s’asseoir dos contre un mur, sans tabouret, et maintenir la position.

- Pour le travail excentrique, il faut insister sur le travail de freination des mouvements. Par exemple, course à pieds en descente, mouvements freinés en musculation avec machine. Les plus motivés pourront entamer un entraînement de type pliométrique pliométrique [61] [3], mais qui doit être conduit de façon très progressive, en raison du risque important d’accidents tendino-musculaires.

Par ailleurs, les étirements musculaires restent indissociables de la préparation physique. Ils sont le garant d’une bonne souplesse et coordination dans l’exécution des mouvements, et limitent la survenue des accidents musculaires tout en améliorant la récupération.

Enfin, les personnes fragiles sur le plan articulaire au niveau de la cheville ou du genou peuvent bénéficier utilement de quelques séances de kinésithérapie tournées vers les exercices d’équilibre (montée monopodale sur plateau instable avec et sans chaussure de ski).

Le travail de l’équilibre sera entretenu pendant les saisons chaudes par entrainement sur trampoline, surf chaussé, ou par l’utilisation de skate board, wake board [62] [4], surf nautique’

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité