Contraception d'urgence : la définition

Contraception d'urgence : la définition

Personne n'est à l'abri d'un préservatif qui se déchire ou d'oublier de prendre sa pilule. C'est la raison pour laquelle ces situations à risques, susceptibles d'entraîner une grossesse non désirée, peuvent faire l'objet d'une contraception spécifique. Quels sont les moyens de contraception d'urgence ?

Publicité
Publicité

La contraception d'urgence hormonale

Dans le langage courant, on parle généralement de pilule du lendemain. Celle-ci a pour mission de retarder l'ovulation. Cette méthode de contraception se présente, en effet, sous la forme d'un comprimé à prise unique qui doit être administré le plus rapidement possible au terme du rapport sexuel à risque. Sous ce qualificatif de contraception d'urgence, on retrouve le lévonorgestrel, efficace jusqu'à trois jours après la prise de risque, et l'ulipristal acétate qui, lui, affiche une efficacité plus longue (5 jours). Dans tous les cas, ce type de contraception ne se substitue en aucun cas à une méthode contraceptive régulière.

Publicité

Le dispositif intra-utérin au cuivre

Publicité
Là encore, le terme de "stérilet" est plus souvent employé pour qualifier cette méthode de contraception qui peut être utilisée en cas d'urgence dans un délai de cinq jours après un rapport mal ou non protégé. Cette méthode permet de stopper la progression de spermatozoïdes et d'altérer considérablement leur pouvoir fécondant. Dans ce cadre précis, le dispositif de contraception est placé dans la cavité utérine par un gynécologue ou une sage-femme. Il s'agit de la méthode de contraception d'urgence la plus efficace qui, une fois posée, présente l'avantage de constituer une véritable méthode contraceptive durable.
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité