Déni de grossesse : les symptômes

Publicité

Trouble psychique méconnu, le déni de grossesse n'est pourtant pas aussi rare qu'on pourrait le penser. Il s'agit, en fait, pour une femme, d'être enceinte sans en avoir conscience. Si la grossesse se poursuit, le corps, lui, semble en dissimuler tous les symptômes.

Publicité

© Istock

Le déni de grossesse, qu'est-ce que c'est ?

Selon les spécialistes, le déni de grossesse ne peut être considéré comme une pathologie médicale, mais plutôt comme un trouble de nature psychologique. Contrairement aux idées reçues, il n'y a pas que les adolescentes qui sont concernées puisque toutes les femmes en âge de procréer sont susceptibles d'occulter la réalité, même si dans les faits ces situations sont assez peu fréquentes. Généralement, cela touche plus spécifiquement les femmes qui présentent un mal de vivre, qui n'assument pas pleinement leur corps ou qui ont des difficultés émotionnelles importantes.

Publicité
Le déni de grossesse, une absence de symptômes ?

Ce qui caractérise un déni de grossesse, c'est justement la quasi-inexistence des différents maux qui ponctuent une grossesse "normale". Une femme qui souffre d'un tel trouble ne ressent généralement aucune nausée, ne grossit pas beaucoup, ne voit pas son ventre s'arrondir et, parfois même, continue à avoir ses règles. Ni elle ni son entourage proche ne se rendent compte de rien. Il arrive, en cas de déni total, qu'elle se rende à l'hôpital pour des douleurs abdominales très intenses et se voit annoncer qu'elle est sur le point d'accoucher. Bien entendu, ce type de situation reste très rare puisque de nombreuses femmes finissent par s'en apercevoir au bout de quelques mois.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité