Les principaux signes d'une carence en vitamine D

Difficilement assimilée par l’organisme, la vitamine D peut être prise en supplémentation. Une alimentation équilibrée et une exposition quotidienne à la lumière ne suffisent pas toujours à éloigner le risque de carence en vitamine D.

Publicité
Publicité

5651067-inline-500x333.jpg© Istock

Vitamine D : quel est son rôle ?

La vitamine D intervient dans le processus d’ossification et favorise la minéralisation du squelette, car elle assure la fixation du phosphore et du calcium. Elle permet également aux reins de réabsorber le calcium. Enfin, elle stimule l’absorption du phosphore et du calcium par l’intestin. Toutes ces actions s’effectuant en synergie favorisent la croissance des os ainsi que la consolidation du squelette et des dents. Un organisme suffisamment pourvu en vitamine D est moins sujet aux fractures et à l’ostéoporose.

Publicité

La vitamine D permet de prévenir le rachitisme et aide à maintenir un fonctionnement neuromusculaire normal, intervient dans le processus de coagulation sanguine, renforce le système immunitaire et permet de conserver une régulation cardiaque normale. La vitamine D pourrait aider à prévenir :

- les cancers ;

- les maladies cardio-vasculaires ;

- les maladies auto-immunes ;

- la grippe.

Le rôle de la vitamine D sur l’organisme humain fait encore aujourd’hui l’objet de nombreuses recherches scientifiques.

Alimentation équilibrée, soleil et vitamine D

Les aliments qui contiennent de la vitamine D sont peu nombreux. Il s’agit des coquillages, de l’huile de foie de morue, de l’huile de foie de flétan, des poissons gras et plus particulièrement du saumon, du hareng, du maquereau, du thon, des sardines en boîte. Mais c’est surtout l’exposition au soleil qui permet d’éviter les carences en vitamine D. C’est la raison pour laquelle on manque cruellement de vitamine D dans l’hémisphère nord au cours de l’automne et de l’hiver, car l’ensoleillement n’est pas suffisant et l’on s’expose moins du fait de la météorologie peu clémente. Ainsi, la source alimentaire et la source lumineuse ne suffisent pas à combler les besoins des populations de l’hémisphère nord en vitamine D.

En adoptant au quotidien une alimentation équilibrée et en s’exposant au soleil au minimum douze à quinze minutes par jour tout au long de l’année, les risques de carence en vitamine D baissent considérablement. Mais une supplémentation en vitamine D s’avère bien souvent nécessaire. Elle est possible sans prescription médicale.

Carence en vitamine D : danger

En France, les recommandations concernant les AJR (Apports Journaliers Recommandés) sont sous-évaluées par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) par rapport aux besoins réels de l’organisme. Il en résulte un risque accru de carence en vitamine D pour la population et, par voie de conséquence, des risques réels pour la santé. On constate aujourd’hui que cette sous-évaluation inexplicable est à l’origine d’une accélération du vieillissement, d’un nombre de décès qui auraient pu être évités et d’une augmentation de la fréquence de certaines maladies.

Une carence en vitamine D représente un réel danger pour la santé. Certains signes sont très révélateurs d’un manque en vitamine D, à savoir des douleurs chroniques dans les os, les articulations et au niveau des muscles, des chutes fréquentes ou encore un état dépressif.

Publicité

Certaines personnes sont plus exposées aux risques de carence en vitamine D, comme les personnes à peau foncée, celles qui souffrent de la maladie de Crohn, d’une intolérance au gluten ou encore d’une maladie inflammatoire de l’intestin, les femmes enceintes ou encore les personnes âgées. De même, le niveau de vitamine D dans le sang est affecté en cas de surpoids et d’obésité. Au moindre doute, il est très important de consulter son médecin.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité