Que faire pour baisser mon cholestérol ?

Publicité

Sauf maladies familiales sévères, faire baisser son taux de cholestérol est relativement facile si le régime, l’activité physique, la perte de poids (si nécessaire) et la prise éventuelle de médicaments sont bien respectés. Mais ces mesures doivent s’inscrire dans le temps.

Publicité

Que faire pour faire baisser mon cholestérol ?

Il faut :

Publicité
- perdre le poids en excès - surveiller l’alimentation - prendre, si besoin, un médicament De nombreuses études scientifiques ont démontré l’efficacité du traitement des hyperlipidémies sur l’apparition ultérieure de maladies cardiovasculaires (morbidité cardiovasculaire) et sur la mortalité.

Il faut d’emblée distinguer deux modalités d’intervention : la prévention primaire (avant l’apparition de tout événement cardiovasculaire) et la prévention secondaire (après un premier accident cardiovasculaire).

Place de l’alimentation

Le tiers du cholestérol présent dans l’organisme est d’origine alimentaire, les deux tiers restant étant fabriqués à partir des graisses que nous mangeons. C’est dire si l’alimentation joue un rôle fondamental.

En cas d’excès de cholestérol, il faut d’abord éviter le plus possible les aliments qui en contiennent le plus.

Consultez notre guide sur la teneur des aliments en cholestérol.

Mais il faut également faire la distinction parmi les aliments selon leur teneur en LDL et en HDL : les graisses saturées apportées par l’alimentation sont en effet encore plus néfastes que le cholestérol alimentaire.

Elles apportent non seulement indirectement les deux tiers du cholestérol de l’organisme, mais elles favorisent également la formation de caillots dans les artères. Or, elles représentent souvent la moitié des graisses de notre alimentation, alors qu’elles ne devraient pas dépasser le quart.

Il faut donc privilégier une alimentation comportant des graisses dites insaturées : mono-insaturées comme celles contenues dans les huiles d’olive ou de colza, dans les volailles et les avocats, voire même le foie gras, mais surtout polyinsaturées comme celles contenues dans les poissons (saumon, thon, sardine, maquereau,...), ou dans les huiles de tournesol de soja ou de pépin de raisin.

Certaines margarines , riches en stérols et stanols végétaux, constituent aussi aujourd’hui une aide à la lutte contre l’excès de cholestérol.

Les fibres alimentaires (fruits, céréales) enfin, en facilitant l’élimination du cholestérol permettent également, de diminuer les risques de survenue de maladies cardiovasculaires, ainsi que les nutriments dits antioxydants, contenus dans de nombreux fruits ou légumes.

Au total, l’alimentation doit être composée de 50 % de glucides, 30% de lipides et 20% de protéines ; elle doit comporter 1/3 d’acides gras saturés, 1/3 de mono-insaturés, 1/3 de poly-insaturés.

L’ensemble de ces règles alimentaires aboutit à un régime de type méditerranéen, permettant de réduire significativement le taux de cholestérol sanguin circulant et notamment de LDL-Cholestérol, et même dans certains cas de diminuer la mortalité cardiovasculaire.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité