Vertiges de Ménière : le traitement par antivertigineux

Vertiges de Ménière : le traitement par antivertigineux©iStock

Pathologie affectant l’oreille interne, la maladie de Ménière se caractérise par une triade de symptômes : vertiges, acouphènes et perte d’audition. A quoi est-elle due ? De quels traitements fait-elle l’objet ?

Publicité
Publicité

La maladie de Ménière, qu’est-ce que c’est ?

Décrite pour la première fois au XIXe siècle par un certain Prosper Ménière, médecin français de son état, la maladie qui porte désormais son nom se caractérise par l’association de trois signes cliniques particuliers : des crises vertigineuses rotatoires, des acouphènes et une surdité transitoire. Survenant sous la forme de crises brutales et impromptues, cette pathologie serait fortement corrélée aux fluctuations de l’endolymphe, c’est-à-dire du liquide contenu dans le labyrinthe de l'oreille interne. Mais actuellement, les mécanismes conduisant à la triade de Ménière ne sont pas clairement identifiés.

Publicité

Vertiges de Ménière : quelles solutions thérapeutiques ?

Etant donné que les causes réelles ne sont pas formellement avérées, la maladie de Ménière ne dispose pas de traitement curatif. Seuls les différents symptômes font ainsi l’objet d’une prise en charge différenciée. Celle-ci s’articule généralement autour de deux axes thérapeutiques. Le premier consiste à stopper la crise vertigineuse. Cela passe par l’administration de médicaments antivertigineux, tels que l’acétylleucine, voire d’antiémétiques. Le second axe, quant à lui, vise à réduire la fréquence des crises. Ce traitement de fond a pour but d’atténuer la pression exercée par l’endolymphe sur l’oreille interne. Il doit être associé à des mesures hygiénico-diététiques : diminution de la consommation d’alcool, de sel, de café…

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité