Spasmophilie et douleurs : que faire ?

Spasmophilie et douleurs : que faire ?©IsTOCK

Fatigue, angoisse, contractions involontaires des muscles... pas facile de définir la spasmophilie ! Les personnes sujettes à ces crises se retrouvent face à un problème qui suscite beaucoup de questions, mais elles obtiennent parfois bien peu de réponses. Lorsque des douleurs s'ajoutent au tableau, les calmer devient une priorité. Que faire en cas de douleurs liées à la spasmophilie ?

Publicité
Publicité

Spasmophilie et douleurs : quels liens ?

Les crises de spasmophilie engendrent des contractions involontaires et intenses des muscles squelettiques, mais aussi des spasmes abdominaux (intestin, utérus, etc.). Ces tétanies sont régulièrement responsables de douleurs musculaires ou de crampes, mais aussi articulaires. Bien entendu, de nombreuses autres causes peuvent être à l'origine de douleurs, et il faut avant tout s'assurer qu'elles proviennent bien des crises.

Publicité

Les médicaments et alternatives contre les douleurs de la spasmophilie

Publicité
Lutter contre la survenue des crises est primordial pour diminuer les douleurs. C'est le rôle de la prescription de médicaments antidépresseurs comme la paroxétine, le citalopram, l'escitalopram, la venlafaxine ou la clomipramine. Les benzodiazépines sont utilisées lors des crises pour diminuer leur durée, ce sont des médicaments qui possèdent des propriétés décontractantes musculaires. Sans prescription, l'homéopathie offre la souche Cuprum metallicum connue pour ses vertus contre les crampes et douleurs musculaires. La phytothérapie permet de lutter contre les spasmes avec la mélisse et la ballote. La prise de magnésium ainsi que la relaxation permettent aussi d'agir sur la contraction musculaire, notamment en prévention de nouvelles crises de spasmophilie. Les séances de kinésithérapie, d'ostéopathie, d'acupuncture ou encore d'hypnose permettent parfois des améliorations notables.
Publicité

Ailleurs sur le Web

Vidéos

Publicité
Publicité