Nodules à la thyroide : quand faut-il opérer ?

Publicité

Bien que relativement courants, les nodules thyroïdiens sont des grosseurs qui nécessitent une surveillance médicale accrue. Certes, la plupart d'entre eux sont bénins mais certains peuvent présenter un risque élevé de malignité nécessitant alors leur ablation chirurgicale. On parle alors de thyroïdectomie.

Publicité

© Fotolia

Nodule de la thyroïde : ablation partielle ou totale ?

Le recours à la chirurgie est généralement privilégié lorsque la cytoponction, c'est-à-dire le prélèvement de cellules du nodule, révèle la présence de cellules cancéreuses ou lorsqu'un nodule thyroïdien trop volumineux entrave, par exemple, la déglutition. La décision d'opérer est prise par le chirurgien en accord avec son patient. Au terme d'un bilan médical complet, le praticien opte soit pour une ablation totale de la glande thyroïde, soit pour une thyroïdectomie partielle qui consiste en une ablation d'un seul lobe thyroïdien.

Publicité
Nodule de la thyroïde : après l'ablation

Il est tout à fait possible de vivre sans thyroïde mais certainement pas sans les hormones thyroïdiennes que la glande endocrine produit. Ainsi, les patients ayant subi une thyroïdectomie partielle ou totale doivent obligatoirement suivre tout au long de leur vie un traitement de substitution à base de lévothyroxine. La difficulté consiste alors à trouver le bon dosage hormonal pour compenser l'absence de production naturelle. D'autres troubles peuvent également survenir à la suite d'une opération de la glande thyroïde : difficultés à déglutir, fourmillements dans les mains, crampes, voix rauque, œdème au niveau de la région impactée… Ces symptômes sont généralement transitoires.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité