Traitement du cancer de la langue : un risque de mycose buccale

Traitement du cancer de la langue : un risque de mycose buccale©iStock

Souvent associé au tabagisme et à l’alcoolisme, le cancer de la langue touche près de 20 000 personnes par an en France. L’ablation chirurgicale est souvent indiquée pour retirer la lésion cancéreuse. L’opération est parfois suivie d’une radiothérapie ou d’une chimiothérapie. Ces deux traitements peuvent entraîner plusieurs effets secondaires, notamment une mycose buccale.

Publicité
Publicité

Facteurs de risque et symptômes du cancer de la langue

Le risque de cancer de la langue est plus élevé chez les hommes de plus de 40 ans qui fument, consomment régulièrement de l’alcool et dont l’hygiène bucco-dentaire n'est pas optimale. La lésion se présente comme une ulcération qui apparaît surtout sur les bords de la langue, et qui prend parfois la forme d’une plaque blanchâtre. Le patient ressent une gêne pendant la mastication et des picotements lorsqu’il ingère des aliments acides ou épicés. Le cancer de la langue provoque également une très mauvaise haleine et, chez certaines personnes, une douleur d’oreille.

Publicité

La mycose buccale, possible effet indésirable des traitements contre le cancer de la langue

Une radiothérapie ou une chimiothérapie peuvent être indiquées en complément de la chirurgie. Ces traitements sont responsables d’une série d’effets indésirables, notamment des lésions au niveau de la bouche. Ils peuvent, par exemple, causer des aphtes, des ulcérations et des mycoses buccales (candidoses buccales). Ce risque est surtout présent en cas de chimiothérapie, car les médicaments administrés perturbent les cellules de la bouche et diminuent la production de la salive, qui joue un rôle protecteur dans la cavité buccale. Ces perturbations favorisent la prolifération de champignons et de bactéries dans la bouche.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité