Métastase pulmonaire : quel pronostic ?

Publicité

Le taux de survie des patients atteints d’un cancer dépend en grande partie du stade auquel la tumeur est détectée. Le cancer du poumon, souvent lié au tabagisme, est de mauvais pronostic car il est diagnostiqué à un stade avancé. La métastase pulmonaire a aussi un pronostic sombre car elle est synonyme de stade terminal. Les chances de survie au-delà de 5 ans sont inférieures à 5%.

Publicité

© Fotolia

Définition et origine de la métastase pulmonaire

La métastase pulmonaire est aussi appelée cancer secondaire du poumon car elle est provoquée par un autre cancer, un cancer primitif. Ce premier cancer peut se développer au niveau de différents organes comme la prostate, le sein, les ovaires, le rein, le pancréas, la thyroïde, l’estomac ou le côlon. Il arrive parfois que les cellules cancéreuses migrent à travers le sang jusqu’au poumon. La nouvelle tumeur, appelée métastase, se forme dans la plupart des cas juste sous la plèvre, la membrane qui recouvre le poumon.

Publicité
Prise en charge des métastases pulmonaires

Malheureusement, les métastases pulmonaires conduisent presque toujours au décès dans un délai de 5 ans en raison du stade avancé de la tumeur primitive. Quelques rares exceptions ont toutefois été observées. Les traitements proposés ont pour objectif d’apaiser les douleurs, d’améliorer la qualité de vie du patient et de prolonger sa survie. Ils reposent essentiellement sur la chimiothérapie et la radiothérapie. Le choix du traitement dépend du cancer primitif. Il doit être discuté entre le médecin et son patient.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité