Cancer de l'endomètre : les risques de métastase

Le cancer de l’endomètre se développe au sein de la paroi couvrant l’intérieur du "corps" de l’utérus. Il fait partie des cancers gynécologiques les plus courants : bien qu’il existe un risque de métastase, il ne se propage pas forcément.

Publicité
Publicité

© Istock

Cancer de l’endomètre : un risque de métastases variable

Publicité

Les risques de métastases varient d’une personne à l’autre. Divers facteurs permettent de les évaluer, notamment : - le stade d’évolution à laquelle le cancer de l’endomètre a été découvert ; - le grade du cancer ; - la présence ou non de ganglions lymphatiques gonflés.

Pour simplifier, le risque de développer des métastases est maximal pour une tumeur de haut stade (dès le stade 3), de grade 3 (tumeur d’évolution rapide) et/ou si les ganglions lymphatiques sont gonflés (signe de propagation des cellules cancéreuses). A contrario, un cancer de l’endomètre de stade 1 (tumeur très localisée) et de grade 1 présente un très faible risque de métastases, tant qu’il est traité rapidement. A savoir : si des métastases sont déjà présentes, on parle de cancer de l’endomètre de stade 4.

Cancer de l’endomètre : quelles métastases ?

Pour la plupart des cancers de l’endomètre de stade 4, les métastases se développent dans l’abdomen ou les poumons. D'autres localisations sont possibles (ex. : cerveau), mais sont beaucoup plus rares… La présence de métastases rend le traitement du cancer de l’endomètre plus délicat, mais il reste possible de le combattre selon les cas via des interventions chirurgicales, de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X