Adénome de la prostate : la chirurgie obligatoire ?

Publicité

Avec l'âge, il n'est pas rare que le volume de la prostate augmente. On parle alors d'adénome de la prostate. Si cette hypertrophie touche une grande majorité des hommes après 50 ans, elle se manifeste à des degrés divers et nécessite une prise en charge adaptée.

Publicité

Adénome de la prostate : le traitement médical

Lorsque l'adénome de la prostate n'entraîne pas de symptômes particulièrement gênants, il fait l'objet d'une prise en charge exclusivement médicale. Pour cela, l'urologue dispose de deux classes médicamenteuses : les alphabloquants et les inhibiteurs de la 5-alpha-réductase. Les premiers servent essentiellement à détendre le col de la vessie et à faciliter sa vidange. Cela permet de réduire les symptômes d'incontinence ou de mictions impérieuses. Les seconds, eux, réduisent le volume prostatique en agissant sur le métabolisme de la testostérone.

Publicité
Adénome de la prostate : le traitement chirurgical

Le recours à la chirurgie est privilégié lorsque l'hypertrophie de la prostate occasionne des troubles importants qui ne pourraient être suffisamment soulagés par des médicaments. Il est donc préconisé, dans la plupart des cas, en seconde intention. Plusieurs techniques chirurgicales peuvent être préconisées, mais toutes poursuivent le même objectif : réduire le volume de la prostate. Le patient se verra alors proposer une adénomectomie, c'est-à-dire une ablation de l'adénome. En cas de contre-indication de la chirurgie, une autre option peut être tentée. Il s'agit de radiofréquence interstitielle (TUNA) qui consiste à délivrer des ondes de radiofréquence afin de favoriser une nécrose de l'adénome.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité