Ganglions douloureux : un symptôme de lymphome

Publicité

Si les ganglions enflammés constituent l'un des premiers signes cliniques du lymphome, ils peuvent également témoigner de la présence d'une banale angine ou d'une simple rhinopharyngite. Pour s'en assurer, mieux vaut donc consulter.

Publicité

© Fotolia

Les ganglions, seuls signes cliniques du lymphome ?

Certes, le lymphome se manifeste principalement par une adénopathie au niveau du cou, de l'aine ou des aisselles. Contrairement aux ganglions enflammés par une infection bénigne, ceux-ci sont majoritairement indolores. Ils peuvent être associés à une splénomégalie, c'est-à-dire à une augmentation volumique de la rate, une fièvre, une perte de poids, des sueurs nocturnes ou encore une fatigue inexpliquée. Mais dans certains cas, le lymphome est dénué de symptômes et n'est découvert que fortuitement à l'occasion d'un bilan sanguin préconisé pour une autre raison.

Publicité
Le lymphome, à quoi est-il dû ?

On parle de lymphome des ganglions pour qualifier la multiplication anarchique de certains globules blancs appelés lymphocytes. En proliférant, ces cellules immunitaires vont former des masses tumorales disséminées au sein des ganglions lymphatiques ou des organes lymphoïdes. Les causes précises du lymphome ne sont pas connues, certains facteurs de risque ont néanmoins été identifiés : des antécédents familiaux, une exposition à des radiations (chimiothérapie, radiothérapie…), un antécédent d'infection grave, une pathologie auto-immune, une prise de médicaments immunosuppresseurs, une exposition à des substances toxiques de type pesticides, un surpoids…

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité