Cancer du sein : comment ne pas paniquer

Publicité

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme et près d'une femme sur 9 sera concernée au cours de sa vie. S'il est le plus courant, il est également le mieux connu des cancers féminins et sa prise en charge ne cesse de s'améliorer, au bénéfice des patientes et de leur famille.

Publicité

cancer du sein© Fotolia

Quelles sont les spécificités du cancer du sein ?

Le cancer du sein est une tumeur atteignant les tissus mammaires. Dans la grande majorité des cas, il s'agit des cellules des canaux galactophores ou des lobes chargés de la fabrication et de l'acheminement du lait lors de l'allaitement. Le cancer du sein est souvent hormonodépendant, il est donc sensible à l'utilisation des hormones, notamment les œstrogènes. Bien qu'il existe une prédisposition génétique à certains cancers du sein, il peut également apparaître chez des femmes n'ayant aucun antécédent familial. Par contre, le fait d'avoir déjà eu un cancer du sein majore le risque d'en développer un second (nommé alors récidive), sur le même sein ou sur le sein opposé.

Publicité
Pourquoi ne pas céder à la panique face au cancer du sein ?

L'annonce d'un cancer est toujours un bouleversement. Cependant, même devant un tel diagnostic l'espoir est permis. En effet, les techniques thérapeutiques ont grandement évolué et permettent d'espérer non seulement de grandes chances de survie, mais même une guérison dans certains cas. Pour cela, il est important que la tumeur soit diagnostiquée le plus tôt possible. La surveillance annuelle des seins par un médecin ou un gynécologue, l'auto-surveillance régulière quel que soit l'âge et la surveillance par mammographie tous les 2 ans entre 50 et 70 ans sont des moyens efficaces pour dépister les tumeurs le plus précocement possible. Dès le diagnostic, une thérapeutique adaptée sera mise en place (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie, immunothérapie). Un suivi sera effectué ensuite pour prévenir les récidives. De nos jours, le taux de survie est ainsi de près de 85 %.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité