Cancer du sein : comment ne pas confondre les symptômes

Publicité

Le cancer du sein est un cancer touchant une femme sur 9. Bien qu'il soit relativement fréquent, son pronostic peut être considéré comme bon s'il est diagnostiqué précocement. Pour cela, plusieurs examens sont préconisés : un examen annuel par un médecin ou un gynécologue, une mammographie tous les 2 ans chez les femmes entre 50 et 70 ans et une auto-surveillance tout au long de la vie. L'auto-surveillance est bien souvent mise en avant car elle constitue une partie importante de la prévention. Mais toutes les femmes ne sont pas à l'aise avec l'auto-palpation et ne savent pas toujours ce qu'elles doivent rechercher. Le point sur cette technique efficace de prévention.

Publicité

Cancer du sein© Fotolia

Le cancer du sein, qu'est-ce que c'est ?

Le cancer du sein est une tumeur qui se développe à l'intérieur du sein, le plus souvent sur les lobes ou les canaux galactophores chargés de produire et acheminer le lait pendant l'allaitement. La tumeur est un ensemble de cellules qui perdent leurs caractéristiques et se multiplient de manière anarchique. Sans traitement, elles vont peu à peu envahir d'autres tissus, le cancer devient alors invasif.

Publicité
Le cancer du sein, quels symptômes rechercher ?

L'auto-surveillance est le premier maillon de la prévention du cancer du sein. Il s'agit d'abord d'observer le sein, sa couleur, sa texture, son aspect général afin de repérer le moindre changement : zone avec un changement de couleur ou d'aspect, rétraction du mamelon, écoulement au niveau du sein, surtout d'apparence anormale (couleur ou odeur inhabituelle, présence de sang). Ensuite, le sein doit être palpé, ainsi que les aisselles qui sont le premier lieu de migration de la tumeur. Une tumeur donnera une sensation de différence de texture dans le sein, de la présence d'une forme plus ou moins régulière dans le sein, sous la peau ou non. En l'absence de traumatisme, une sensation de douleur au cours de cette palpation doit aussi être un signe d'alerte. Si vous constatez le moindre changement, n'hésitez pas à consulter votre médecin qui pourra vous prescrire un examen complémentaire pour savoir s'il y a lieu ou non de s'inquiéter.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité