Des polypes à la vessie chez l'homme peuvent-ils évoluer vers un cancer ?

Publicité

Les tumeurs vésicales rassemblent derrière elles un large spectre de lésions allant du polype au cancer. Plus souvent touché par des polypes à la vessie, l'homme présente-t-il également plus de risques de développer une pathologie cancéreuse ?

Publicité

© Fotolia

Le cancer de la vessie chez l'homme

Survenant majoritairement au-delà de 65 ans, le cancer de la vessie est la deuxième pathologie cancéreuse de l'appareil urinaire chez l'homme, juste derrière celle de la prostate. Située devant le rectum, la vessie sert essentiellement à stocker l'urine qui a été filtrée par les reins avant qu'elle ne soit évacuée via l'uretère. La plupart des cancers de la vessie se développent au niveau des cellules urothéliales, c'est-à-dire celles qui tapissent les parois vésicales, et restent superficielles. Ce sont les polypes. Mais lorsque la tumeur s'étend à des tissus plus profonds, on parle alors de cancer de la vessie invasif.

Publicité
Polypes à la vessie, le signe d'un cancer ?

Les tumeurs urothéliales, plus communément appelées polypes, peuvent être bénignes, malignes ou intermédiaires. La profondeur de leur infiltration au sein de la muqueuse vésicale est un paramètre déterminant de la sévérité de la pathologie. Implantée au sein de la couche superficielle de la muqueuse vésicale, la tumeur est dite superficielle. Lorsque la racine du polype atteint la 3e couche de la paroi de la vessie, le stade du cancer est atteint. Il s'agit, dans ce cas-là, d'une tumeur infiltrante. Dans certains cas, les polypes sont susceptibles de devenir cancéreux et de former des métastases. C'est la raison pour laquelle leur ablation chirurgicale est recommandée.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité