Cancer : qu'est-ce que l'adénopathie ?

Publicité
On parle d’adénopathie lorsqu’on observe l’augmentation du volume d’un ou de plusieurs ganglions. Toutes les adénopathies ne traduisent pas un cancer, mais si elles possèdent certaines caractéristiques, il peut bel et bien s’agir d’une tumeur. On parle également d’adénocarcinome pour désigner un cancer d’une glande ou de certaines muqueuses.
Publicité

5135548-inline-500x333.jpg© Istock

Adénopathie : définition

Une adénopathie désigne la présence d’adénomes. Il s’agit de tumeurs non cancéreuses (tumeurs bénignes) qui peuvent se développer au niveau d’organes tels que le sein ou le rein par exemple, mais également au niveau de certaines muqueuses, celles qui tapissent le côlon, la prostate ou l’utérus entre autres. Théoriquement, n’importe quel organe peut présenter une adénopathie, c’est-à-dire l’apparition à sa surface d’une tumeur de taille supérieure à 1 cm de diamètre ; néanmoins, on parle plus spécifiquement d’adénopathie lorsque c’est un ganglion lymphatique qui est concerné et qu’il augmente de volume (il devient alors palpable).

Publicité
Adénocarcinome et cancer

Contrairement aux adénomes, les adénocarcinomes sont des tumeurs cancéreuses (tumeurs malignes). Bien qu’un cancer soit en cours de développement, aucun symptôme n’accompagne cet adénocarcinome tant qu’il n’a pas atteint un stade important. On détecte donc le plus souvent l’adénocarcinome soit de façon fortuite, soit à l’occasion d’examens. Les autres symptômes qu’est susceptible d’entraîner un cancer (perte de poids, perte d’appétit, fatigue importante, etc.) précèdent souvent la découverte de l’adénocarcinome.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité