Cancer du sang : myélome ou lymphome, la différence

Cancer du sang : myélome ou lymphome, la différence©iStock

Les cancers du sang (ou hémopathies malignes) concernent 35 000 personnes chaque année en France. Mais quels sont, en cas de cancer du sang, les symptômes à savoir repérer ? Quelles différences y a-t-il entre une leucémie, un lymphome et un myélome ? Focus sur les cancers du sang dans cet article.

Publicité
Publicité

Cancers du sang

Les cancers du sang sont dus à un dysfonctionnement de différents types de cellules sanguines. Ces pathologies peuvent affecter les cellules qui fabriquent les globules rouges ou blancs, les lymphocytes ou encore les plaquettes au niveau de la moelle osseuse.

Publicité

Leucémie, lymphome et myélome

Les trois principales formes de cancers du sang sont les leucémies, les lymphomes et les myélomes. Les leucémies sont dues à la prolifération anormale de cellules de la moelle osseuse dans le sang. Les lymphomes, eux, sont des tumeurs cancéreuses se développant dans le système lymphatique, notamment au niveau des ganglions. Quant aux myélomes qui touchent chaque année en France près de 5000 nouvelles personnes, ce sont des cancers qui débutent dans la moelle osseuse et qui affectent certains globules blancs : les plasmocytes.

Cancers du sang : symptômes

Les différents cancers du sang n’entraînent pas tous les mêmes symptômes. Ainsi, la leucémie peut se traduire par une importante fatigue (asthénie ou faiblesse), un malaise généralisé, une perte d’appétit et de poids. Souvent, les leucémies chroniques causent peu de symptômes, et ces signes font leur apparition petit à petit. En revanche, en cas de leucémie aigüe, des symptômes semblables à ceux de la grippe peuvent apparaître en quelques jours, et s’accompagner d’une tendance aux hématomes, de saignements fréquents du nez, des gencives, de saignements en dehors des règles, etc. Les lymphomes, eux, se traduisent principalement par le gonflement indolore des ganglions lymphatiques. Ces derniers deviennent alors palpables au niveau du cou, des aisselles ou de l’aine. D’autres signes peuvent également apparaître, par exemple des sueurs nocturnes, des frissons, un manque d’énergie ou encore un prurit (démangeaisons). Le myélome peut être asymptomatique, et dans ce cas, n’entraîner aucun symptôme et être d’évolution très lente (on parle de myélome indolent). En revanche, les formes symptomatiques de myélomes se traduisent notamment par une anémie, une insuffisance rénale et/ou des pathologies osseuses avec destruction de l'os et fractures.

Pour plus d'informations sur les myélomes multiples, contacter l'Association Française du Myélome Multiple, AF3M.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité