Ablation de la prostate : les risques d'impuissance

Publicité

Plus de 70 000 cancers de la prostate sont diagnostiqués chaque année en France, ce qui en fait le premier cancer chez les hommes. Avant d’opter pour une radiothérapie, une hormonothérapie ou une intervention chirurgicale, le médecin doit s’entretenir avec son patient pour lui expliquer le bénéfice de chaque traitement et les risques encourus. Après une ablation de la prostate, les troubles de l’érection tels que l’impuissance sont fréquents.

Publicité

© Fotolia

L’ablation de la prostate met fin à l’éjaculation

La prostate est une petite glande qui fait partie du système reproducteur masculin. Elle produit du liquide séminal, un liquide qui participe à la fabrication et au stockage du sperme. Au cours d’une prostatectomie totale, on retire la prostate et les vésicules séminales, les canaux déférents sont sectionnés. L’ablation de la prostate empêche l’éjaculation mais le patient peut quand même éprouver du plaisir pendant un rapport sexuel.

Publicité
Les facteurs qui augmentent les risques d’impuissance après une ablation de la prostate

De nombreuses études ont été réalisées pour mesurer l’impact de la prostatectomie totale sur la vie sexuelle des patients opérés. Les résultats varient beaucoup d’une étude à l’autre. On peut toutefois noter qu’au moins 1 homme sur 3 présente une dysfonction érectile après la chirurgie, voire 9 hommes sur 10 selon certaines études. Dans certains cas, les cellules cancéreuses ont migré vers les bandelettes neuro-vasculaires responsables de l’érection, et il devient alors nécessaire de les enlever. Le risque d’impuissance est plus élevé chez les hommes âgés et chez ceux qui ont des rapports sexuels peu fréquents.

Comment traiter l’impuissance provoquée par une ablation de la prostate ?

Généralement, l’impuissance disparaît totalement dans les 18 mois qui suivent l’opération. En attendant que le patient retrouve une vie sexuelle normale, il peut suivre un traitement médicamenteux à base d’inhibiteurs de phosphodiestérase de type 5. Des injections intracaverneuses sont parfois proposées.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité