Bernard Cazeneuve

Les dernières actualités

Attentat de Nice : Hollande invoque une "obligation de dignité et de vérité" dans la "parole publique"

À l'issue du conseil de sécurité, le troisième depuis l'attentat de Nice, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a pris la parole au nom du président de la République, François Hollande.

Attentat de Nice : les liens entre le tueur et "les réseaux terroristes" pas encore "établis", affirme Cazeneuve

Les liens entre le tueur de Nice Mohamed Lahouaiej-Bouhlel et "les réseaux terroristes", et notamment le groupe jihadiste Etat islamique qui a revendiqué l'attaque "pour l'instant ne sont pas établis par l'enquête", a déclaré lundi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sur RTL.

Bernard Cazeneuve : "Les préfets pourront puiser dans une ressources de 12.000 volontaires réservistes"

Bernard Cazeneuve s'est exprimé sur les décisions prises lors du conseil restreint de sécurité et de défense de samedi matin, deux jours après l'attentat survenu à Nice. Le ministre de l'Intérieur a appelé tous les Français "qui le souhaitent" à rejoindre la réserve opérationnelle.

Attenta de Nice : " Être dans la dignité, c'est être dans le refus des polémiques" lance Cazeneuve

Au sortir de l'Elysée, Bernard Cazeneuve a commenté la récente revendication par Daech de la tuerie de Nice. Selon lui, le conducteur du camion se serait radicalisé "très rapidement ". Le ministre de l'Intérieur a également répondu aux critiques de l'opposition qui se sont multipliées vendredi. " Être dans la dignité, c'est être dans le refus des polémiques" a-t-il lancé.

Attentat de Nice : Valls contredit par Cazeneuve sur les motivations de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel

Camille Colin, journaliste politique à LCI, est revenue sur la confusion entre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve à propos de l'auteur de l'attentat de Nice. "Il y a deux protagonistes pour une scène totalement organisée. Le premier interrogé, c'était Manuel Valls sur les motivations du terroriste qui a parlé sans filtre qui parle d'un terroriste sans doute "lié à l'islamisme radical". Il a été contredit quelques minutes plus tard par son ministre de l'Intérieur qui a précisé "il n'est pas fiché S, il ne s'est pas fait connaître pour des activités liées à l'islam radical". Cela révèle une différence de méthode et on attend de voir quelle ligne sera reprise au conseil de défense".