Hyperacousie : quels examens faire ?

L’hyperacousie, qui se manifeste par une perception exacerbée des bruits extérieurs, peut être à l’origine d’une douleur aux oreilles. Pour évaluer le seuil d’intolérance aux sons, on a recours à l’audiométrie.

Publicité
Publicité

© Istock

Hyperacousie : définition

L’hyperacousie se définit par une attention exacerbée aux sons extérieurs, les rendant insupportables. Le sujet peut également percevoir ces bruits de façon douloureuse alors qu’ils sont d’intensité normale. Dans la majorité des cas, cette sensation d’inconfort n’est pas liée à une perte d’audition. Cependant, elle se classe parmi les troubles de l’audition les plus connus, au même titre que les acouphènes. Parfois liée à une maladie de Menière ou encore à l’hypertension, l’hyperacousie est majoritairement due à l’âge ou à un traumatisme sonore. La sensation de douleur aux oreilles en présence de bruits d’intensité normale doit faire l’objet d’une prise en charge.

Hyperacousie : la détection par audiométrie

Après un examen physique et un interrogatoire lors d’une consultation chez l’oto-rhino-laryngologiste (ORL), le patient est soumis à un examen plus poussé afin que soit évalué son seuil d’intolérance aux sons. Cette évaluation est réalisée, en cabine insonorisée, par un audiologue ou audiologiste. La méthode pratiquée après un examen systématique de l’oreille est l’audiométrie. Deux types de tests sont réalisés :

- l’audiométrie vocale : elle permet à l’audiologiste d’apprécier le niveau de compréhension des mots par le sujet ;
- l’audiométrie tonale : elle mesure le seuil de détection des sons par le patient dont la tolérance aux bruits est anormalement basse.

Après cet examen, l'audiologue transmet ses conclusions au patient et lui conseille les solutions les mieux adaptées à son cas.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité