Les traumatismes de l’appareil auditif

Publicité
Publicité

© FotoliaDe quoi s’agit-il ?

Les traumatismes sonores, crâniens ou dus à par l’introduction d’un objet dans le conduit auditif externe peuvent être responsables de surdité.

Publicité
Quels sont ses signes ?

En cas de douleur de l’oreille d’apparition brutale, de surdité brutale dans un contexte de traumatisme sonore, crânien ou de l’oreille, vous devez quitter la zone d’exposition en urgence. Il est également indispensable de consulter un médecin pour qu’il vous examine, vous traite et prévienne les complications.

Quelles en sont les causes ?

Le traumatisme sonore est responsable de lésions de la cochlée (rôle dans l’audition) et de l’appareil vestibulaire (rôle dans l’équilibre). Les traumatismes crâniens peuvent être responsables : - d’un saignement de l’oreille due à l’atteinte de l’oreille moyenne et d’une perforation du tympan, - d’un écoulement de liquide clair de l’oreille due à une brèche des méninges (enveloppes qui entourent le cerveau), représentant alors un risque important de méningite, - d’une atteinte de l’oreille interne...

L’effet de souffle (blast) provoque des perforations tympaniques. Ceci peut arriver lors d’une gifle, de l’impact d’un ballon sur l’oreille... Les traumatismes par agents pointus (cotons-tiges, aiguilles à tricoter, allumettes...) peuvent être responsables d’une perforation du tympan, de lésions des osselets voire de l’oreille interne. Les barotraumatismes peuvent provoquer des atteintes de l’oreille moyenne (douleur, inflammation du tympan, une fente du tympan) et /ou de l’oreille interne traduite par des acouphènes, vertiges, surdités. La recherche de corps étrangers de l’oreille peut repousser le corps étranger dans le fond et abîmer le tympan. Des brûlures tympaniques par métal en fusion (accident de travail) sont possibles lorsque le métal atteint le conduit et parfois le tympan, responsable alors d’une perforation tympanique.

Comment les prévenir ?

Dans certains cas, les traumatismes peuvent être évités. Par exemple : - au cours de la plongée sous-marine : la descente provoque une augmentation de la pression en dehors du tympan ; elle double tous les 10 mètres ; la pression de l’oreille moyenne se trouve donc rapidement en dépression ; - lors de la descente, le plongeur doit, après une inspiration profonde, fermer la bouche, se pincer le nez et faire une expiration forcée ; - lors de la remontée, l’air s’échappe très facilement de la trompe d’Eustache, les manoeuvres citées ci-dessus ne sont donc pas nécessaires ; - la plongée est donc contre-indiquée en cas de mauvaise aération du nez (rhinite), de l’oreille (otite) ou à la suite d’une intervention chirurgicale retirant l’étrier ; - Face aux bruits : port d’un casque ou diminution de l’intensité de la source sonore (problèmes médico-légaux des surdités professionnels). - En évitant l’introduction d’agents pointus tels les cotons tiges, les aiguilles à tricoter...

Quels examens peuvent être nécessaires ?

Le médecin adaptera les tests auditifs au contexte de survenue des troubles auditifs.

Quelle est son évolution ?

Dans le cas des traumatismes sonores et des blasts, la récupération complète est possible si l’exposition n’est pas trop intense ni trop prolongée. En cas d’exposition continue, il existe alors un risque de surdité s’aggravant progressivement de façon irréversible.

Quels sont les traitements ?

Le traitement d’un traumatisme sonore aigu repose en général sur la perfusion de médicaments agissant sur la circulation sanguine favorisant l’apport d’oxygène au niveau de l’organe lésé. Dans le cas des blasts, s’il existe des lésions tympaniques, un nettoyage simple en urgence est nécessaire. Si le tympan est perforé, sa fermeture sera effectuée en urgence en remettant en place les lambeaux tympaniques pour accélérer la guérison. En cas d’apparition d’une surdité brutale à la suite d’un traumatisme de tout type, le traitement doit être réalisé en urgence : repos, corticothérapie, vasodilatateurs par perfusion.

Que devez-vous faire ?

Protégez-vous systématiquement des traumatismes sonores en utilisant des casques anti-bruits, des coquilles... Abstenez-vous de toute manoeuvre et de toute instillation dans l’oreille.

Mise à jour par le Dr Jean-Pierre Rageau février 2008

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité