L’âge

Publicité
Publicité

Les éléments neuro-sensoriels de l’oreille interne et du système nerveux central vieillissent normalement, expliquant la baisse progressive de l’audition, nommée presbyacousie.

La baisse de l’audition s’installe progressivement vers l’âge de 50 ans.

Publicité
Elle est particulièrement ressentie dans le bruit, notamment lors des conversations à plusieurs.

Elle s’accompagne souvent d’acouphènes.

La gêne paraît souvent plus pénible pour l’entourage que pour l’intéressé qui par exemple augmente l’intensité sonore de la télévision, la radio...

Elle correspond à une surdité de perception atteignant les deux oreilles de même intensité prédominant sur les fréquences aiguës, les plus utilisées pour la compréhension. Des troubles de l’intelligibilité existent également (lenteur des réponses par exemple...) Elle touche progressivement tout le spectre sonore.

L’évolution varie selon les individus.

Il existe des formes familiales et des formes isolées.

La cause exacte de cette affection est mal connue.

Ce vieillissement varie selon les individus, selon certainement des facteurs héréditaires, nutritionnels, vasculaires... Les traumatismes cumulés au cours de la vie ont probablement une importante part de responsabilité dans l’apparition de ces surdités observées chez ces sujets d’un certain âge.

Le traitement médical essaye de stabiliser l’évolution (vitamines, médicaments favorisant la circulation sanguine).

La prothèse auditive uni ou bilatérale doit être proposée dès qu’il existe un déficit auditif socialement gênant. Une surveillance régulière s’impose pour proposer ou adapter l’appareillage en fonction de l’évolution.

Dès que la presbyacousie a un retentissement et constitue une gène sociale, un essai d’appareillage vous est conseillé sans attendre.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité