La jeunesse première victime

Publicité
Publicité

« Un jeune sur cinq est atteint d’une déficience auditive dont l’excès de musique est probablement à l’origine », estime le conseil national du bruit qui se préoccupe de cette situation.

Pourquoi la jeunesse est-elle particulièrement touchée par les nuisances sonores ? Non seulement les jeunes sont exposés aux même nuisances que la population, mais de surcroît leurs loisirs sont plus bruyants. En ces occasions les doses de bruit reçues dépassent souvent les normes fixées pour le travail.

Publicité
En 1991, une étude montrait que dans une population d’un âge moyen de 18 ans, 18% souffrait d’hypoacousie non expliquée par des antécédents pathologiques. Une autre étude sur un régiment d’appelés constatait que seuls 56 % d’entre eux avait une audition normale. La diminution constatée correspond à celle d’une population âgée de 25 ans exposée durant 5 ans à un bruit quotidien de 90 dB, 8 heures durant.

L’écoute solitaire avec un baladeur, si elle ne constitue pas une nuisance pour l’entourage, reste néanmoins dangereuse pour l’utilisateur. Selon une étude du Pr Buffe qui a comparé deux groupes d’utilisateurs et de non-utilisateurs de baladeur : 26 % des utilisateurs souffraient d’hypoacousie de perception contre 7 % dans le groupe témoin. Une autre étude a montré que les personnes ayant souffert d’otite moyenne aiguë dans leur enfance, sont plus susceptibles d’avoir une perte d’audition significative due à l’utilisation du baladeur.

Si à elle seule, la musique amplifiée (baladeurs, concerts, discothèques) ne constitue pas uniquement et directement la cause de la détérioration de l’audition chez les populations jeunes, elle y participe activement.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité