Les maladies infantiles responsables de surdité

Les maladies infantiles responsables de surdité
Publicité

Certaines maladies infantiles peuvent entraîner une surdité chez l’enfant...

Publicité

De quoi s’agit-il ?

Certaines maladies infantiles peuvent être responsables de surdité chez l’enfant. Les maladies infectieuses pouvant être responsables sont :

Publicité

- les maladies contractées durant la grossesse : la rubéole, les infections à cytomégalovirus (CMV), la toxoplasmose, passant souvent inaperçues, la syphilis, rare en France ;

- les méningites bactériennes, - les oreillons

- les otites à répétition A la naissance, le manque d’oxygène chez le nouveau-né, la prématurité, l’incompatibilité entre le sang de la mère et celle du foetus (rare actuellement car prévenue par un traitement médical) sont des facteurs de risque de surdité.

Quels sont les signes ?

Si durant la grossesse, l’accouchement, les premières années de vie, des problèmes tels que des maladies infectieuses, des traumatismes crâniens sont survenus le médecin généraliste sera encore plus attentif au bon développement de votre enfant. (voir l’examen chez l’enfant) Le meilleur moyen de diagnostic précoce d’une malaudition chez un enfant est l’examen de dépistage.

Quelles sont ses causes ?

Les maladies infectieuses contractées durant la grossesse peuvent être responsables d’un développement anormal du foetus, le système auditif pouvant alors être concerné. Les situations exposant le nouveau-né fragile à des agressions sont parfois responsables de séquelles auditives.

Comment les prévenir ?

Concernant certaines maladies infectieuses, tels que la rubéole, les oreillons, certaines méningites, la vaccination permet de prévenir ces risques. Si la femme enceinte n’est pas immunisée contre la toxoplasmose, le cytomégaovirus (CMV), les mesures préventives associées à une prise de sang régulière sont indispensables pour détecter une contamination durant la grossesse et permettre de prendre les mesures nécessaires. Face aux otites à répétition, il est indispensable de consulter un O.R.L pour qu’il adapte au mieux le traitement en réalisant si nécessaire un prélèvement du pus dans l’oreille, des examens auditifs adaptés pour surveiller notamment l’apparition d’une baisse auditive.

Quels examens peuvent être nécessaires ?

Les examens permettant le dépistage dépendent de l’âge de l’enfant. Devant l’apparition d’une surdité, l’examen clinique et les tests auditifs permettront de définir la surdité, d’éliminer d’autres causes de surdité.

Quelle est son évolution ?

L’absence de dépistage a des répercussions sur l’acquisition du langage et le comportement de l’enfant. Plus la surdité est dépistée précocement, plus les répercussions de ce handicap seront atténuées. Le dépistage précoce permet de prendre les mesures éducatives nécessaires.

Quels sont les traitements ?

La prise en charge des enfants sourds dépend de la gravité de la surdité. Elle comprend essentiellement un appareillage, une éducation précoce adaptée des enfants et des parents, faire appel aux orthophonistes et un soutien efficace aux parents.

Que devez-vous faire ?

Dès la moindre suspicion de surdité, votre médecin généraliste vous adressera à un spécialiste pour réaliser des tests auditifs adaptés. Si votre enfant est atteint de surdité, n’hésitez pas à faire appel à votre médecin généraliste, à des éducateurs, des orthophonistes pour vous aider à stimuler votre enfant, à acquérir la lecture labiale, à développer son besoin de communication et vous soutenir dans cette démarche. Si votre enfant est appareillé, l’audioprothésiste adaptera au mieux le matériel, prothèse auditive, implant. Les médecins vous mettront en contact avec des centres d’enfants sourds.

Mise à jour par le Dr Jean-Pierre Rageau jeudi 21 février 2008

Cet article vous a plu ? Discutez-en sur le forum

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité