Retrouver le sourire grâce aux implants dentaires

Publicité

Avoir de fausses dents ne signifie plus s’empêcher de sourire par souci esthétique. La technique de l’implantologie dentaire, qui se développe depuis quelques années déjà, donne de très bons résultats. Chère au départ, elle est rentable à (long) terme.

Publicité

Le principe de l’implant dentaire est simple : il s’agit de fixer dans l’os de la mâchoire une racine artificielle en titane qui, émergeant de la gencive, supportera une dent (ou un élément) prothétique. Les progrès de la recherche permettent d’avoir des taux de succès très élevés. A condition toutefois que le chirurgien traitant possède un grand savoir-faire en la matière. Le patient doit disposer également de facteurs locaux (quantité et qualité de l’os) et généraux (pouvoir de cicatrisation, état de santé) favorables. La technique est utilisée dans plusieurs cas : - une seule dent doit être soignée et le patient ne souhaite pas que les dents voisines soient mutilées ; - plusieurs dents sont manquantes et le patient préfère avoir un bridge sur implants plutôt qu’un appareil amovible. Enfin, si le patient porte un dentier, les implants permettent, à l’aide d’une barre de rétention vissée, de diminuer la taille de cet appareil, de l’empêcher de bouger et de soulager les gencives.

Une mise en place en plusieurs étapes

Publicité
La mise en place d’un implant dentaire se fait en plusieurs phases. On commence par ouvrir la gencive et insérer l’implant dans l’os. La gencive est ensuite refermée pendant six à huit mois, afin de laisser l’os venir coloniser l’implant, pour y adhérer fortement. Une prothèse provisoire peut être placée pendant ce temps.

Au terme de cette période, que les spécialistes appellent " ostéogénisation ", une intervention sous anesthésie locale, d’environ 1 h 30, permet d’exposer la tête de l’implant et d’y placer une vis de cicatrisation "trans-gingivale".

Dans certains cas, il peut être nécessaire au cours de ce deuxième temps, de réaliser une chirurgie parodontale, sur la gencive (greffe, réaménagement de la gencive autour de la dent) afin d’améliorer l’esthétique. Il arrive aussi, mais assez rarement, que cette deuxième étape soit supprimée. Dans ce cas, la vis de cicatrisation est placée le jour de la pose de l’implant.

A ce stade, les implants sont prêts à recevoir la dent artificielle qui sera soit vissée directement sur l’implant, soit scellée sur une structure intermédiaire (inlay-core).

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité