Les pathologies liées à l’amiante

Publicité
Publicité

Les fibres d’amiantes sont responsables de deux types de maladies, les unes cancéreuses, les autres non tumorales et qui sont relativement moins graves. Toutes ces pathologies sont caractérisées par un temps de latence très long, 20 ans en moyenne, et jusqu’à 40 ans pour le mésothéliome.

Les pathologies non cancéreuses

Publicité
L’asbestose (fibrose pulmonaire interstitielle diffuse ou plus prosaïquement : sclérose du tissu pulmonaire) est une maladie pulmonaire chronique décrite pour la première fois en 1906. C’est la plus grave des atteintes non tumorale due à l’amiante. Elle survient notamment en cas d’exposition importante. Elle est caractérisée par une difficulté à respirer pendant l’effort, parfois des toux sèches et un serrement de poitrine. Car le tissu pulmonaire est remplacé par un tissu cicatriciel épais qui gêne les échanges gazeux et partant la bonne oxygénation du sang. L’insuffisance respiratoire peut croître jusqu’à être mortelle dans de rares cas. Aujourd’hui il n’existe pas de traitement efficace permettant de faire régresser la fibrose. La maladie apparaît 10 à 20 après le début d’une exposition élevée à l’amiante et les symptômes apparaissent tardivement.

Les plaques pleurales et l’épaississement pleurale diffus sont d’une prévalence élevée et il n’y pas de niveau d’exposition particulier qui détermine l’apparition de la maladie. Cette dernière n’est pas un facteur de risque supplémentaire de cancer liés à l’amiante. Les plaques pleurales sont des tissus cicatriciels formés par la réaction inflammatoire provoquée par l’amiante. Il n’existe aucun traitement mais la maladie n’évolue pas ou très peu. Elles apparaissent environ 15 ans après l’exposition et sont découvertes à l’occasion d’un examen radiologique.

Les épanchements pleuraux se traduisent par des douleurs thoraciques et des difficultés respiratoires (dyspnée). Elles sont causées par la présence de liquide entre les deux feuillets de la plèvre. Cette pathologie apparaît 10 à 20 ans après le début de l’exposition à l’amiante. Il n’est pas nécessaire de recourir à un traitement sauf pour l’évacuation du liquide en cas de douleurs ou d’essoufflements.

Les cancers de l’amiante

Les cancers atteignent le revêtement des cavités pulmonaires (cancer broncho pulmonaire), la cavité pleurale (mésothéliomes) et plus rarement le péritoine. Ces pathologies surviennent longtemps après l’exposition. Les signes radiologiques ou le symptômes peuvent apparaître après des délais s’étalent fréquemment entre 10 à 20 ans pour le cancer broncho pulmonaire et de 30 à 40 ans pour le mésothéliome. Les symptômes sont : douleurs thoraciques associées à un essoufflement et à un épanchement pleural souvent hémorragique.

Selon les études, 10 à 30 % des mésothéliomes ne sont pas liés à l’amiante mais on ne connaît aucun autre facteur de risque que le minéral.

Il existe, plus rarement encore, des cancers du larynx et du péricarde. La relation entre amiante et les cancers du tube digestif et de l’appareil urinaire ne fait pas l’objet d’un consensus.

Le risque d’apparition des cancers bronchos pulmonaires. augmente avec le tabagisme du patient. Les cancers liés au tabac et à l’amiante sont physiologiquement identiques.

Les pronostics des cancers de l’amiante sont mauvais. La durée moyenne de survie au mésothéliome est entre quelques mois et quelques années. Dans le cas d’un cancer broncho-pulmonaire 10 à 20 % des malades survivent à 5 ans.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité