Publicité
Publicité

Pathologie ORL et faciale

La pathologie ORL liée au sport est dominée par les atteintes traumatiques. Les risques liés à la pratique de la plongée sont traités à part dans une rubrique spécifique.

Publicité
Le risque est lié à la percussion brutale, lors de la pratique du sport, des zones anatomiques faisant saillie. Il peut s’agir d’un choc direct entre les participants, comme au rugby, ou de la réception d’une balle, à bout portant comme au hand-ball. Les zones concernées sont souvent les pommettes (os malaire ), le front (os frontal), le nez (os propres du nez, maxillaires supérieurs), le cou (voies aériennes).

Les lésions le plus souvent observées sont les suivantes :

Les plaies de la face

Elles donnent lieu à une désinfection immédiate, vérification des vaccinations antitétaniques, voire une suture.

Les fractures du nez

Elles peuvent se manifester par un saignement nasal (épistaxis), une difficulté à respirer par le nez, un déviation du nez parfois couché complètement sur le côté.

Les fractures de la pommette (os malaire)

Elles se manifestent par un aplatissement de la pommette en rapport avec l’enfoncement du malaire. Cela peut être masqué rapidement par un ’dème. Il s’y associe un hématome, et saignement du nez.

Les plaies de l’arcade sourcillière

Cette lésion est fréquente, en particulier en boxe. Elles sont généralement sans gravité, nécessitant simplement une suture. Il convient de vérifier également les vaccinations antitétaniques.

Les traumatismes de l’oreille

Ils sont particulièrement fréquents dans les sports de contact, au rugby. Il peut s’agir de déchirement des pavillons, d’hématomes à répétition aboutissant à une fonte du cartilage, jusqu’à la fameuse oreille en « chou-fleur », fréquente chez les boxeurs.

D’autres lésions sont possibles de type saignement d’oreille, lors d’un choc violent pouvant déchirer le tympan, douleur vive, bourdonnements, voire surdité.

Les traumatismes du cou

Le larynx et la trachée constituent la partie haute des voies respiratoires. Ils sont exposés aux traumatismes en raison du caractère superficiel de leur localisation anatomique. Il peut s’agir d’un choc direct, comme en karaté, d’un cou de crosse de hockey, d’une prise directe en sport de combat. Les symptômes sont très divers, allant de la simple commotion au syndrome asphyxique nécessitant parfois des mesures de réanimation immédiates.

Les plaies du cou liées par exemple à un patin à glace peuvent être gravissimes, par section d’un gros vaisseau sanguin comme la carotide. La compression au niveau de la plaie et le transport en urgence à l’hôpital s’imposent.

Les lésions buccales et dentaires

Les lésions buccales

Les atteintes de la langue : celle-ci peut être prise en étau entre les dents et donner lieu à des plaies voire une section de son extrémité. Dans certains cas extrêmes, lors d’effort violent avec affrontement, comme au rugby, il peut y avoir déglutition de la langue avec déchirement de sa base, et asphyxie.

Les lésions dentaires

Elles sont plus fréquentes chez les enfants, liées aux chocs entre participants.

Les dents peuvent se fêler, se casser, se luxer se déplacer. L’arcade dentaire supérieure est le plus souvent concernée. Les sports impliqués sont en général le hockey, le rugby, et le football américain.

Le support osseux des dents, c’est à dire les maxillaires, peuvent se casser également.

Une atteinte particulière est à évoquer après un uppercut, devant des douleurs de l’oreille : il peut s’agir d’une lésion de l’articulation temporo mandibulaire. C’est une région anatomique responsable de la mobilité de la mandibule, située juste devant l’oreille.

Les protections sont doivent protéger les lèvres, les dents et les supports osseux.

Elles doivent en revanche laisser toute liberté de respiration, permettre d’avaler ou cracher la salive et communiquer avec les membres de son équipe.

Il peut s’agir de protections extérieures, comme les casques et barres de hockeyeurs, des masques d’escrime, des casques intégral des motos.

Les protections peuvent être placées dans la bouche, comme les protèges dents utilisés en boxe ou au rugby. Il existe des gammes très variées, allant du modèle standard au sur mesure , dont l’intérêt est le confort d’utilisation, la stabilité en cas de choc, et la répartition harmonieuse des contraintes lors de l’impact.

Dr Cazeau Cyrille, Dr Prothoy Ivan

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité