Les xénogreffes ou les animaux au service de l’homme

Publicité
Publicité

Les possibilités futures du génie génétique dans le domaine des greffes sont particulièrement bienvenues. D ’une part de nombreuses tentatives de greffes échouent pour cause d ’incompatibilité entre le système immunitaire du donneur et celui du receveur, d ’autre part la demande de greffons est importante et le nombre de donneurs humains incontestablement insuffisant. Les recours à des greffons, organes ou tissus vivants, d ’origine animale (xénogreffe ou hétérogreffe) est impossible car le rejet de la greffe est alors immédiat. La modification du patrimoine génétique d ’animaux par le transfert de gènes humains pourrait permettre de supprimer ce phénomène de rejet. L ’INSERM a obtenu des résultats prometteurs avec des porcs transgéniques. Des raisons sanitaires (la possible transmission de virus de l ’animal à l ’homme) et éthiques interdisent les essais cliniques chez l ’hommes.

Publicité
Le génie génétique pourrait aussi trouver des applications thérapeutiques qui interviendraient directement sur le patrimoine génétique de l ’être humain. Ces thérapies, dites « géniques », feront l ’objet d ’un prochain dossier.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité