Ne s’use que si l’on ne s’en sert pas ? That is the question. Une de plus, car le chemin de l’amour attitude est bel et bien parsemé d’un tapis d’interrogation. Que se passe-t-il si on fait moins ou plus l’amour ? Perd-on complètement, voire définitivement, la main ? Ou bien ? Réponses de spécialistes...
Publicité
Publicité

"Ne jamais arrêter !"

Écoutons d’abord le célèbre Docteur Ruth. Cet éminent "sexpert" est tout à fait ravie de la question, d’autant qu’elle vient tout juste de publier un livre intitulé "Sex over fifty" dans lequel un paragraphe y est consacré. "C’est une question que beaucoup de personnes se posent, des personnes de tous âges, de toutes conditions, de tous sexes, bien entendu. Cela concerne aussi beaucoup de femmes veuves, divorcées ou bien célibataires qui n’ont pas ou plus de vie sexuelle. À tous, je dis qu’il est essentiel de toujours garder de l’intérêt pour le sexe..."

Publicité
Pourquoi ? "Tout simplement et évidemment parce que c’est bon pour la santé et qu’un jour, on peut (re) trouver un partenaire..." Comment faire pour conserver cet intérêt ? "Il y a plein de moyens de le faire : lire des ouvrages ou des magazines érotiques, acheter des vibromasseurs, regarder des films érotiques comme "Emmanuelle I", par exemple, un vieux film toujours efficace. Car, pour garantir le fonctionnement de la sexualité, il faut que les organes fonctionnent, bien sûr, mais il faut surtout que le cerveau sache que l’on a une vie sexuelle. Et cela ne se passe pas seulement au niveau du pénis et du vagin... Enfin, dernier moyen pour les solitaires, je recommande la masturbation".

À ce propos, il est intéressant de noter, dans la dernière étude "Les pratiques et attitudes sexuelles des quarante-cinq ans et plus" de l’AARP (American association of retired persons), que la majorité des femmes de quarante-cinq à quarante-neuf ans ont pratiqué au moins une fois au cours des six derniers mois le "do it yourself". Soit un tiers de plus que dans la précédente étude six ans plus tôt... La proportion des hommes (six sur dix) n’a pas sensiblement évolué depuis 1999. "C’est parfait, cela permet de garder l’espoir de retrouver quelqu’un", commente le Dr Ruth.

Dernier détail pour ces dames : "Lorsque l’on n’a pas eu de relations pendant un certain temps, on peut avoir des douleurs lors du premier rapport. Rien de grave, une crème à base d’oestrogène arrangera le problème. Il ne faut pas hésiter à en discuter avec son médecin"

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité