Publicité
Publicité

En fin de compte, l’assistance médicale à la volupté est hypothéquée par l’invisibilité du plaisir. Des questionnaires de qualité de vie sexuelle peuvent étayer l’entretien, mais leur interprétation ne dépasse pas le premier degré de la prise en charge, celui de légitimer ou non la prescription d’aphrodisiaques médicamenteux.

Les notions de satisfaction, de sentiment de virilité, de qualité et d’intensité de l’éjaculation, par exemple, assurent désormais une plus grande précision de l’accueil des dysfonctions érectiles, mais la question de l’orgasme reste suspendue en apesanteur, comme résistant à la pudeur des interlocuteurs.

Publicité
Comme l’affirme Roger Dadoun : "On ne soulignera jamais assez que les stations de la libido, si l’on peut dire, demeurent toujours strictement individuelles, et que ce serait forcer la réalité que de généraliser, en extrapolant à partir des sondages, questionnaires, entretiens, dossiers ou témoignages". Le cap à franchir n’est donc pas facile à atteindre car il aborde les zones les plus opaques de l’amour physique, celles des rituels qui permettent d’en jouir. Être acteur de ses propres scénarios érogènes est l’assurance que la vie n’est pas encore trop fanée.

Or, y a-t-il secret plus fortement gardé que celui qui contient précisément les protocoles de la jouissance ? Comment connaître les arcanes qu’empruntent la masturbation, les usages clandestins de la pornographie, les glissements insidieux vers des pratiques à risque pervers, les rencontres fatalistes de la prostitution, par exemple.

En matière d’érotisme au déclin de l’existence, tant que le besoin de jouir n’est pas exclu des gestes essentiels de la vie, les corps sont toujours des corps-objets de plaisir, même dégradés, amputés, invalides, enlaidis. À cet égard, l’écoute "fraternelle" qui seule permet d’apporter l’aide attendue, est d’autant plus délicate à instaurer que les patients s’écartent des canons esthétiques et des stéréotypies gestuelles à la mode : en matière de "sexualité du troisième âge", entre le consultant et le médecin, le plus stressé des deux n’est pas toujours celui qu’on croit...

Dr Jacques Waynberg

Les corps font de la résistance

Rompre le silence

Retour accueil dossier

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité