Publicité
Publicité


Nous ne mangeons pas uniquement pour apporter de l’énergie à notre corps. La nourriture joue depuis longtemps un rôle important dans notre vie sociale et culturelle. Aujourd’hui, apparaît également une tendance à considérer la nourriture comme un “outil” destiné à maintenir et améliorer notre santé. Nous sommes de plus en plus nombreux à indiquer notre préférence pour des aliments “bons pour la santé”. Et dans les faits, les “aliments fonctionnels” aux ingrédients particuliers, occupent un espace de plus en plus grand sur les rayons des supermarchés. (Pour plus d’informations, voir les numéros 16 et 18 de Food Today).

Les consommateurs désirent également des aliments faciles à préparer et agréables à manger. Et enfin, ils demandent qu’ils soient à des prix abordables.

Publicité
Les tendances de la recherche dans le domaine des aliments et de la nutrition reflètent ces soucis. Un des pôles d’intérêt consiste à mettre au point des aliments qui combattent les maladies chroniques. Si l’on sait depuis longtemps que de nombreuses plantes contiennent des substances qui aident à lutter contre la maladie, nous ne comprenons pas bien leurs mécanismes d’action. Il a été prouvé que les antioxydants et les phyto-oestrogènes combattent le cancer et les maladies cardio-vasculaires, mais nous voulons savoir quel en est le processus.

Une autre branche de la recherche s’attache à trouver des moyens pour mettre au point des plantes contenant des substances favorables à la santé. Parmi les applications possibles, on trouve les végétaux auxquels on a ajouté des produits phytochimiques, ou dont on a augmenté le taux d’acides gras insaturés. Mais c’est un tout autre problème que de trouver les moyens d’éliminer des aliments les substances nocives, comme les allergènes ou le cholestérol.

Plus nous en savons sur les éléments présents dans les plantes et sur le rôle des nutriments, plus il devient possible de fabriquer des aliments “ sur mesures ” afin de répondre aux besoins de populations spécifiques, comme par exemple les nourrissons, les personnes âgées, les femmes enceintes ou allaitantes... Les scientifiques de l’alimentation continuent à identifier de nouveaux composés possédant des propriétés utiles. Cela peut conduire dans l’avenir à de bien meilleurs régimes, plus sains.

La recherche ne se limite pas à l’action bénéfique des aliments sur la santé et à la façon de les utiliser au mieux. Beaucoup de consommateurs disposent d’un temps limité pour cuisiner. C’est pourquoi ils demandent des aliments faciles à préparer. Le défi consiste à produire des aliments plus maniables, nourrissants et qui aient également du goût.

La recherche dans le domaine alimentaire étudie donc les moyens d’améliorer la qualité et le goût des aliments. Les méthodes modernes de culture et la biotechnologie des plantes servent également à produire des fruits et des légumes qui ont plus de goût.

Enfin, les fabricants se préoccupent toujours de trouver les moyens d’améliorer la sécurité d’emploi des aliments. En parallèle avec des règlements sanitaires plus stricts, il est de plus en plus important de mettre au point des techniques destinées à détruire les agents pathogènes ou à les empêcher de se développer dans la nourriture. De la même façon, il est important d’empêcher les agents pathogènes de se développer dans l’environnement industriel. Il faut également des méthodes rapides et efficaces de détection de micro-organismes nocifs dans les aliments. Le défi consiste à mettre au point des méthodes rentables qui n’altèrent pas le goût des aliments ni leurs ingrédients les plus délicats.

Si vous voulez en savoir plus sur les tendances de l’industrie alimentaire, vous pouvez consulter le site web http://www.eufic.org ou commander la brochure à l’EUFIC.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité