Publicité
Publicité

Au moment de l’accident, un employé de la centrale est mort sous le choc et deux autres des suites de leurs brûlures. Parmi les sauveteurs et les pompiers, 237 personnes ont été hospitalisées, dont 134 pour « irradiations aiguës » (fortes doses reçues sur une courte durée). 28 d’entre eux sont décédés rapidement.

Au total environs 600 000 liquidateurs (pompiers, militaires, ingénieurs, techniciens, médecins et chercheurs) se sont relayés autour du site : 260, tous âgés de moins de 40 ans, sont morts. On estime que 10% d’entre eux ont reçu une dose de 250 mSv et 30 à 50% ont reçu des doses comprises entre 100 et 250 mSv (contre 150 mSv naturel sur une vie entière).

Publicité
Les liquidateurs représentent un groupe complexe car ils sont aujourd’hui éparpillés dans les anciennes républiques de l’Union Soviétique, ce qui rend la surveillance médicale difficile. En 1995 aucune surmortalité (taux de décès) n’était observée sur cette population. On décelait toutefois un excès de morbidité (taux de maladies). Autre fait marquant, les liquidateurs présentaient aussi un vieillissement accéléré alors que c’est une population jeune (moins de 40 ans en général) (IPSN, 2000)

La première loi de protection sociale des personnes ayant souffert de Tchernobyl date de 1991. Mais, récemment les liquidateurs de la zone la plus touchée ont vu leurs indemnités diminuées, les justificatifs de leur participation ayant « mystérieusement » disparus.

En Ukraine, en Russie et en Biélorussie, 135 000 personnes ont été évacuées, dont 115 000 la première semaine, notamment celles vivant dans un périmètre de 30 km autour de la centrale qui deviendra « zone interdite ». Ces populations auraient reçu une dose comprise entre 50 et 140 mSv.

En 1996, 270 000 personnes vivaient dans des zones où l’activité de 137Cs dépassait 0,6 million de Bq/m² (correspondant à des doses de 80 à 440 mSv) et 3 700 000 personnes dans des zones comprises entre 40 000 et 600 000 Bq/m² (doses de 70 à 200 mSv). Les habitants de ces zones sont continuellement exposés par irradiation externe et ingestion d’aliments contaminées (Verger et al., 1996).

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité