Publicité
Publicité

L’émotion et l’énergie de la création

Concrètement, l’art thérapie puise ses vertus dans l’émotion et l’énergie du processus créatif. Le travail s’effectue individuellement ou en petits groupes. Un art thérapeute est présent en permanence. Il propose des stratégies et aide à la découverte des moyens d’aborder les problèmes. Les techniques du collage sont fréquemment utilisées. "Les personnes expriment d’abord leurs problèmes oralement. J’ai la tête vide, j’ai mal au ventre, j’ai un nœud dans la gorge, etc., explique Geoff Troll. Ils cherchent ensuite dans des magazines des symboles qui les représentent et les placent en les hiérarchisant, les plus graves au milieu, par exemple. Ensuite, on isole chaque problème et on les travaille en argile ou en peinture."

Publicité
Une autre technique exploite la notion de vide et de la métaphore de jeu symbolique. "Là, on demande aux participants d’apporter un carton et de travailler sur l’extérieur (prends soin de toi). Ensuite, l’art thérapeute, semi-directif, demande aux participants de mettre des choses dedans. Celui qui met des cactus devra changer sa façon de se nourrir ..."

Geoff Troll explique encore la technique du "champ d’argile" souvent utilisée en séance : les patients travaillent sous un drap ou les yeux bandés, sans voir ce qu’ils réalisent. "Je me souviens d’un enfant en service oncologie qui a peint sa maladie et la possibilité de guérison en quatre séquences. Le premier dessin représentait un gamin qui pleurait avec un immense ballon au dessus de lui. Le second, le même enfant qui souriait un peu et qui avait une aiguille à la main. Dans le troisième, on voyait l’enfant percer le ballon et dans le dernier, le ballon était à terre et l’enfant radieux, et en rémission !"

Des familles aussi

Des familles suivent des séances d’art thérapie. "Je viens de terminer un atelier avec une famille recomposée qui appréhendait la vie en commun. Ils sont donc tous venus effectuer un travail artistique en famille. Il s’agissait de travaux individuels qui permettaient des découvertes réciproques et un travail commun qui serait amené dans la future maison.

Geoff Troll a connu des miracles. Il se souvient plus particulièrement de cette femme qui se plaignait de douleurs gynécologiques constantes et qui lui avait été adressée par un gynécologue. Sa fille était stérile, son fils avait des difficultés psychologiques et son mari, self-made man, travaillait en permanence. La famille tout entière a suivi les séances d’art thérapie pendant six mois pour finalement décider d’aller au restaurant tous ensemble une fois par mois. Cinq ans plus tard, Geoff croise sa patiente. Elle est radieuse et va être grand-mère pour la seconde fois... Mais il a connu des échecs aussi. Comme ce jeune homme qui enchaînait suicides et séjours en hôpital psychiatrique. Ses séances d’art thérapies lui avaient fait tellement de bien qu’il avait pris un appartement en ville. Et puis... : "Le suicide l’a emporté. J’aurai pu voir quelque chose, mais on ne peut pas être là comme une béquille en permanence. Je me dis qu’il a connu quand même quelques années de mieux-être malgré tout..."

L’art thérapie est également utilisée avant ou après des interventions chirurgicales lourdes ou encore pour traiter des chocs émotionnels forts, comme des attentats par exemple ou des catastrophes naturelles. "Elle est alors utilisée en guise de débriefing et permet au patient d’exprimer des émotions et de développer des stratégies pour les gérer et vivre avec."

L’art thérapie peut être efficace en quatre à six séances, comme psychothérapie brève, mais elle peut aussi durer trois ou quatre ans...

"L’art thérapie", Dr Jean Rodriguez et Geoffroy Troll. Ellébore Éditions, 3e mise à jour, 411 pages.

En savoir plus, le site artthérapie.com

Isabelle Fringuet

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité