Publicité
Publicité

La rando, ça s’adapte

Mais, en attendant, comment se combinent santé et randonnée ? "De manière générale, il n’existe pas de contre-indication à la randonnée. Cependant, certaines limites physiologiques sont à respecter, il faut pratiquer ce sport en adaptant nos efforts à notre condition physique, explique le Dr Josué. Attention à ne pas se mettre dans le rouge. Une respiration saccadée, une transpiration abondante, des crampes sont autant de signaux d’alerte à ne pas négliger pour éviter des situations critiques."

Publicité
Rendez-vous donc chez votre généraliste pour évaluer correctement vos capacités et votre condition physique. Un bilan complet avec test d’effort et capacité pulmonaire est conseillé.

Le rythme de vos randonnées sera déterminé à partir de ces examens, car la randonnée est un sport possible pour tous à condition d’être adaptée.

C’est le cas par exemple de pathologies (comme le diabète ou encore l’asthme) qui ont longtemps été considérées comme difficilement conciliables avec le sport. La crainte des complications amène souvent à éviter au malade toute activité physique éprouvante. Et si effectivement, un effort intense et non contrôlé peut s’avérer dangereux, la pratique raisonnée d’une activité physique lui permet de se maintenir physiquement et moralement. Aujourd’hui, il est admis que si tout effort intense est déconseillé aux diabétiques, la pratique d’une activité physique leur est recommandée.


Marcel Lichtenstein, vice-président de la FFRP, est l’un des fondateurs de "Randonnée & Diabète", une association membre de la FFRP et de "l’Union Sport et diabète". "L’idée de cette association remonte en 1985. Nous étions une bande de copains randonneurs dont un diabétologue. Nous nous sommes un jour demandé pourquoi la randonnée ne serait pas bonne pour les diabétiques. Au départ, il n’y avait que des diabétiques et puis, au fur et à mesure, ils ont été rejoints par leurs compagnes ou compagnons, leurs amis. Cette association de la région parisienne démontre que le diabétique, s’il le veut, peut vivre comme tout le monde et notamment randonner comme les autres".

"Il n’y a pas forcément des médecins dans ses groupes d’accompagnateurs formés, eux-mêmes des vieux diabétiques qui sont rodés", poursuit Michel Piers, actuel président de "Randonnée & Diabète" et lui-même diabétique.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité