Les dangers cardio-vasculaire du dopage

Publicité
Publicité

Chez les sportifs amateurs, comme dans le sport de haut niveau, la course à la performance aboutit à l’utilisation croissante de substances ou de procédés dopants, dont les effets sur le système cardio-vasculaire ne sont pas toujours parfaitement connus. On peut distinguer schématiquement plusieurs types de produits dopants en fonction de leur mode d’action :

Les produits à visée cardio-vasculaire

Publicité
Ils sont souvent utilisés à tort, car ils diminuent en fait les capacités à l’exercice : - Les diurétiques : utilisés pour perdre artificiellement du poids (par la perte d’eau et de sel qu’ils entraînent), ou pour masquer l’utilisation d’autres produits. - Les bêtabloquants : atténuent les effets négatifs de l’anxiété (tachycardie, tremblements,...). - Les dérivés nitrés : ils entraînent une dilatation des artères du cOEur (artères coronaires), améliorant l’oxygénation du muscle cardiaque, mais peuvent entraîner des baisses de tension artérielle.

Les produits améliorant le transport de l’oxygène

- L’érythropoïétine (EPO) : la plus connue, elle augmente la masse de globules rouges (hématocrite), augmentant ainsi le transport d’oxygène vers les muscles en activité. Elle s’accompagne cependant, au cours d’efforts intenses ou prolongés, de risques de thromboses veineuses et artérielles et d’embolies pulmonaires, par le biais de la déshydratation. Elle est souvent associée à la prise de magnésium, de vitamine B1, d’acide folique, ou de fer (principe des autotransfusions réalisées par les coureurs suédois aux J.O. de 1984). - Les per-fluoro-carbures (PFC) : ils augmentent la solubilité de l’oxygène dans le plasma, augmentant le risque d’embolies artérielles et pulmonaires. - Autres produits : l’interleukine III, et l’hémoglobine réticulée sont utilisés pour améliorer le transport d’oxygène, avec des risques de poussées d’hypertension artérielle, et de thromboses vasculaires.

Les produits agissant sur la musculature périphérique

- Les stéroïdes anabolisants : d’utilisation très courante, notamment aux Etats-Unis, parfois pour des raisons esthétiques, ils entraînent des risques majeurs sur le système cardiovasculaire : infarctus du myocarde, épaississement du muscle cardiaque (hypertrophie myocardique). - Hormone de croissance : elle augmente la masse et la force musculaire, diminue la perception de la fatigue et améliore la récupération. Elle s’accompagne d’une augmentation du rythme cardiaque et de du débit cardiaque, ainsi que d’une hypertrophie du muscle cardiaque. - La créatinine : très répandue et parfois autorisée dans certains pays, elle n’a qu’une action modeste sur la musculature périphérique, et est fréquemment associée à des préparations contenant des anabolisants, parfois à l’insu des sportifs eux-mêmes.

Les médicaments psychotropes

- Cocaïne : largement utilisée chez les sportifs américains pour ses effets améliorant l’agressivité et diminuant la sensation de fatigue, ses effets cardio-vasculaires sont bien connus :troubles du rythme cardiaques graves, poussées d’hypertension artérielle majeure, infarctus du myocarde par spasme coronaire, évolution vers une insuffisance cardiaque ultérieure. Ces accidents peuvent survenir quelle que soit la voie d’administration. - Amphétamines : d’utilisation naguère extrêmement courante, notamment dans le milieu cycliste, ces substances augmentent les performances en diminuant la sensation de fatigue. Elles ont été responsables de nombreux décès, par infarctus du myocarde ou troubles du rythme cardiaques graves (J.O. de Rome en 1960 ; Tom Simpson au Tour de France). - Marijuana et Cannabis : ils augmentent la fréquence cardiaque, mais diminuent le débit cardiaque.

Les traitements à visée pulmonaire

Ils entraînent une dilatation des bronches restant cependant modeste, et ont par ailleurs un effet anabolisant associé ; ils peuvent entraîner une accélération du rythme cardiaque, et parfois des troubles du rythme cardiaque.

Conclusion

L’utilisation de drogues dopantes est en augmentation constante, souvent inavouée et parfois méconnue, ce qui rend difficile la prévention.

Les sportifs amateurs sont également concernés, d’autant que certains produits sont en vente libre dans de nombreux pays. Les complications cardio-vasculaires sont actuellement fréquemment constatées 30 ans après l’utilisation courante des stéroïdes anabolisants, et font craindre que de nombreuses complications fassent également leur apparition à long terme avec les nouveaux produits dopants.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité