Publicité
Publicité

Le noyau d’une cellule est protégé par un " périmètre de défense " qui a le rôle d’empêcher les molécules n’ayant pas la structure requise de pénétrer le noyau et donc d’interférer avec son patrimoine génétique. Mais, au sein du cytoplasme cellulaire (c’est-à-dire l’ensemble des éléments de la cellule à l’exception du noyau) la dioxine se lie à une molécule naturellement présente dans toute les cellules, le récepteur aryl-hydrocarbone, et va pouvoir pénétrer les défenses du noyau cellulaire en se " faisant passer " pour une hormone.

C’est ce complexe dioxine-récepteur qui va brouiller les messages hormonaux de notre système endocrinien (l’ensemble des glandes endocrines c’est à dire à sécrétion interne, rejettent la substance produite, appelée hormone, dans le sang) et va activer certaines régions de l’ADN, zones dites " sensibles aux dioxines " et va entraîner l’effet toxique. En effet, la présence de ce complexe stimule des gènes qui jouent un rôle dans la promotion des cancers. On parle ici de toxicité chronique car l’action de la dioxine est continue sur de nombreuses années. Son danger est accentué par le fait qu’une fois entrée dans une cellule, elle est très difficilement détruite. L’organisme la stocke environ 7 ans avant d’en éliminer la moitié.

Publicité
Lors de la gestation, on lui attribue des atteintes du système de reproduction, de notre système immunitaire, une responsabilité dans l’apparition de difficultés d’apprentissage chez les enfants, etc. Bien qu’apparaissant dans le cas d’expositions très prolongées, comme nous le montre l’accident de Sévéso où malgré l’exposition à des doses massives, les conséquences sont restées manifestement plutôt restreintes, ces effets doivent faire l’objet d’une vigilance permanente particulière associée à un système d’alerte performant.

En 1997, les dioxines ont été classées parmi les substances cancérigènes par le Centre International de Recherche sur le cancer. L’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) en interdit la vente et la consommation.

Stéphane Imbert, 19 septembre 1999

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité