Publicité
Publicité

L’alopécie correspond à la chute partielle ou générale des cheveux ou des poils.

Elle peut être la conséquence de multiples causes, comme des anomalies du poil (génétiques ou acquises), un défaut de production du cheveu (manque de fer, maladies endocriniennes - notamment de la thyroïde, chimiothérapies anticancéreuses...), la destruction du cheveu par une infection (teignes) ou par des agents physiques (alopécie cicatricielle), une réaction immunitaire (pelade)...

Publicité
La forme la plus banale correspond à l’alopécie androgénique, parfois qualifiée d’alopécie physiologique.

Cette dénomination explique l’origine de ce phénomène, déjà remarqué au cours de l’Antiquité : les hormones mâles (autrement dit essentiellement la testostérone) entraînent, chez les personnes génétiquement prédisposées une accélération du cycle de croissance qui aboutit à un épuisement précoce du capital de renouvellement des follicules pileux.

Chez l’homme, l’alopécie androgénique, souvent héréditaire, est circonscrite à une extension progressive, touchant successivement les « golfes temporaux » (les tempes), le « vertex » (sommet du crâne), puis la réalisation d’une « tonsure ».

Chez la femme, l’évolution est beaucoup plus lente et respecte la lisière frontale du cuir chevelu, avec une raréfaction ovale du vertex.

A savoir

Le développement du follicule pileux est cyclique et indépendant pour les 100 à 150000 follicules répartis sur l’ensemble du cuir chevelu.

3 phases se succèdent pour chaque follicule :

- phase de croissance (anagène) : 3 à 6 ans - phase de repos (catagène) : 1 mois - phase d’involution et chute (télogène) : 3 mois

Nous perdons chaque jour normalement une cinquantaine de cheveux.

Ce qu’il faut faire

Il est nécessaire de connaître l’origine d’une alopécie pour envisager de la traiter.

Les informations suivantes sont nécessaires :

- âge et circonstances de survenue - mode d’apparition : aiguë ou chronique - antécédents personnels : maladie endocrinienne, anomalies du cycle menstruel, ménopause, régime alimentaire, autres pathologies antécédents familiaux d’alopécie androgénique - prise de médicaments - habitudes cosmétiques : défrisage, coloration... - atteinte locale ou diffuse

Pour en savoir plus : fiche sur l’alopécie et ses principaux traitements sur un site senior grand-public http://www.cap-senior.com/chauve.html

Août 2006

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité