Maladie de Parkinson : un moyen naturel de se protéger contre la maladie découvert

Publicité

Des chercheurs ont découvert qu'un composé naturel de l'organisme peut réduire le risque de développer la maladie de Parkinson chez l'homme, à condition que l'organisme en possède un niveau assez élevé.

Publicité

La maladie de Parkinson est une affection neurodégénérative chronique, lentement évolutive, dont l'origine demeure le plus souvent inconnue. C'est pour cette raison que les chercheurs peinent encore à trouver un traitement efficace à 100%, même si des médicaments permettent de traiter l'insuffisance de dopamine qui la caractérise, pour traiter les troubles moteurs. Selon des chercheurs de l'Université d'État de Pennsylvanie, il existerait un moyen naturel de prévenir son apparition et il se trouverait dans le sang.

Les hommes qui possèdent un niveau élevé d'urate, également appelé acide urique, seraient en effet moins susceptibles de développer la maladie de Parkinson. L'acide urique est formé lorsque des molécules appelées purines se décomposent dans le corps. Il est naturellement élimé de l'organisme mais peut provoquer une goutte à des niveaux trop élevés. Leur étude publiée dans la revue médicale de l'American Academy of Neurology confirme l'hypothèse que l'urate peut jouer un rôle protecteur pour les cellules cérébrales.

Publicité
Un risque pratiquement divisé par deux

"Ces résultats suggèrent que l'urate pourrait protéger contre la progression de la maladie de Parkinson dans ses premiers stades avant que les symptômes ne soient visibles", a déclaré le principal auteur de l'étude Xiang Gao. "Ils confirment d'autres recherches sur l'opportunité d'élever son niveau chez les malades précoces". En effet, les niveaux d'urate peuvent être augmentés facilement, notamment via l'alimentation, mais avec prudence pour éviter les effets secondaires en raison d'une trop grande quantité.

L'étude a porté sur 90 214 participants de trois études en cours, dont des tests sanguins ont mesuré leur taux d'urate. Un total de 388 personnes a développé la maladie après le début de l'étude. Leurs analyses ont été comparées à celles de 1267 personnes en bonne santé. Les hommes avec le plus bas niveau de l'urate avaient des niveaux inférieurs à 4 ,9 milligrammes par décilitre. Ceux dont les niveaux étaient les plus élevés en possédaient 6,3 à 9,0 mg / dL. Les chercheurs ont ajusté selon d'autres facteurs tels que l'âge, le tabagisme, le café.

Publicité
En effectuant les comparaisons, les chercheurs ont estimé que les hommes qui avaient les plus hauts niveaux d'urate étaient presque 40 % moins susceptibles de développer la maladie de Parkinson que ceux avec les niveaux les plus bas. En revanche, aucun effet bénéfique n'a été noté pour les femmes. Les chercheurs notent que l'étude ne prouve pas que des niveaux élevés d'urate protègent contre la maladie de Parkinson, mais cette dernière montre une association avec un effet de risques plus faibles, qui doit encore être approfondi.
fondi.

Vidéo La maladie de Parkinson

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité