Votre façon de marcher peut prédire un risque de démence

Publicité

Une étude française établit un lien entre la vitesse de marche et le risque de développer une démence comme Alzheimer.

Publicité

Un rythme de marche lent chez les personnes âgées n'est pas inquiétant outre mesure, mais des chercheurs du Centre d'excellence Maladies Neurodégénératives de Toulouse ont découvert que dans certains cas, il pourrait s'agir d'un symptôme précoce d'Alzheimer. En effet, la vitesse à laquelle les seniors se déplacent aurait un lien avec direct avec la quantité d'une protéine appelée amyloïde produite par le cerveau, bien avant l'apparition des symptômes que l'on connaît déjà, explique leur étude parue dans la revue Neurology.

Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont réuni 128 personnes âgées en moyenne de 76 ans. L'ensemble de ces patients présentait un risque élevé de développer une démence car ils faisaient part de troubles de la mémoire. Ils ont passé un PET scan (positron emission tomography), une méthode d'imagerie médicale, de leur cerveau pour y mesurer le taux de plaques amyloïdes, dont l’accumulation progressive dans les neurones est associée à un risque de démence, notamment Alzheimer.

Publicité
Une partie du cerveau directement touchée

Parmi les participants, 48% d'entre eux présentaient un niveau d'amyloïde important. Ils ont également été testés sur leur capacité cognitive et un total de 46% présentaient une déficience cognitive légère, un possible facteur de la maladie d'Alzheimer. Enfin, un troisième test a été réalisé, pendant lequel il était question de déterminer à quelle vitesse ils marchaient sur quatre mètres. L'allure moyenne était de un mètre par seconde, excepté pour deux personnes, qui marchaient plus lentement, soit en dessous de la moyenne.

Cette association entre une marche lente et le développement de l'amyloïde trouve sa réponse dans le putamen, une partie du cerveau impliquée dans la fonction motrice qui peut être touchée par la propagation de la protéine. Les chercheurs ont constaté une différence pouvant aller jusqu'à 9% du niveau d'amyloïde entre une marche rapide ou lente. Un lien de cause à effet qui n'a pas changé même lorsque d'autres facteurs comme l'âge, le niveau d'éducation ou la quantité de problèmes de mémoire ont été pris en comp

Publicité
"Il est possible que d'avoir des troubles de la marche subtiles, en plus de problèmes de mémoire, peut signaler la maladie d'Alzheimer avant même que les gens montrent des symptômes cliniques", a déclaré la principale auteur de l'étude Natalia del Campo qui précise que les recherches ne prouvent pas que les plaques amyloïdes provoquent un ralentissement de la vitesse de marche mais qu'elles y sont associées.
iées.

Vidéo. La maladie d'Alzheimer

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité