Virus Zika : qu’est-ce que le syndrome de Guillain-Barré ?

Publicité

Le lien entre une contamination par le virus Zika et le développement d'un syndrome de Guillain-Barré est désormais établi. Mais que faut-il savoir de ce syndrome ? Est-il mortel ? Handicapant ? Medisite fait le point.

Publicité

© FotoliaD'après une étude publiée le 29 février 2016 dans The Lancet, le virus Zika peut être responsable du syndrome de Guillain-Barré. Appelé aussi "SGB" ou "polyradiculopathie démiélynisante idiopathique aigue", ce syndrome affecte la myéline, une substance responsable de la transmission des messages nerveux. Elle permet de véhiculer les signaux électriques entre le cerveau et la moelle épinière, les muscles et les organes. Lorsque la myéline est détruite, on parle de démyélinisation. Son origine est auto-immune. Les défenses immunitaires se confondent et s'attaquent aux nerfs.

Les symptômes d'alerte : fourmillements et picotements

Publicité
Les premiers signes du SGB se traduisent par des fourmillements et des picotements aux extrémités, normalement de manière symétrique. Certains ressentent des décharges électriques ou de vives douleurs au dos, aux cuisses et aux fesses. La paralysie s’empare peu à peu du sujet : elle commence au niveau des pieds pour gagner progressivement les muscles de la respiration, le cou et la tête. Selon les nerfs touchés, le sujet ne parvient plus à bouger les yeux ou à avaler normalement, il peut même s’étouffer.

Deux traitements efficaces

En cas de Guillain-Barré, le patient doit être hospitalisé d’urgence pour limiter les dommages nerveux. Il existe deux traitements tout aussi efficaces : la plasmaphérèse et l’injection d’immunoglobulines intraveineuses (IgIV). Le premier consiste à laver le sang du malade en substituant le plasma afin d’éliminer les auto-anticorps responsables de la démyélinisation. L’IgIV permet d’introduire dans le sang du sujet des anticorps d’autres donneurs qui vont lutter contre les auto-anticorps responsables. Ce deuxième traitement est plus simple à réaliser que le premier et n’entraîne pas d’effets secondaires. Dans la majorité des cas, aucune séquelle n'est à déplorer, les rechutes sont rares.

Les risques : la paralysie et parfois le décès

Le syndrome de Guillain-Barré peut conduire à la paralysie, voire au décès dans 10 à 20% des cas.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité