Virus Ebola : Fausses alertes à Limoges et Toulouse

Publicité

Deux patients, revenant de Sierra Leone et de Guinée, ont été hospitalisés en raison de fortes fièvres. Finalement, leur pathologie n’avait rien à voir avec le virus Ebola, responsable de plus de 700 morts en Afrique.

Publicité

Alors que le virus Ebola fait des ravages en Afrique de l’Ouest, la France a connu deux alertes en fin de semaine dernière. Heureusement, aucun des cas suspects n’étaient réellement dû au virus meurtrier.

Deux alertes dans la même journée

Publicité
Jeudi 31 juillet aux alentours de 18 h, l’avion en provenance de Casablanca se posait à l’aéroport de Toulouse. Mais au lieu de rejoindre les zones de débarquement, les pilotes ont arrêté l’engin à l’écart des pistes. La raison ? A son bord, un homme revenant de Sierra Leone, l’un des pays touchés par Ebola, souffrait de fièvre. Sa belle-fille avait prévenue les autorités afin qu’il puisse être pris en charge par le SAMU. Heureusement, son cas s’est révélé sans gravité.

Le même jour, le CHU de Limoges accueillait une patiente se plaignant de fortes fièvres. Le site de France 3, qui a relaté l’histoire, venait d’effectuer un voyage en Guinée. Au vu de ses symptômes, les médecins ont d’abord craint un cas de contamination au virus Ebola. Finalement, la femme souffrait d’une crise de paludisme

Après avoir assuré que la France était prête à faire face au virus Ebola, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, appelait jeudi dans les colonnes du Parisien à la plus grande vigilance vis-à-vis d’une "maladie à la fois très grave et très contagieuse". De son côté, le Quai d’Orsay déconseille fortement aux Français de se rendre dans les pays africains touchés par la pathologie.
ogie.

Sur le même thème : Lutter contre la propagation d'Ebola, un défi pour les autorités :



Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité